En Cisjordanie occupée, trois Palestiniens dont un responsable des Brigades des martyrs d’Al Aqsa tués dans une opération israélienne

0
163

La tension ne s’estompe pas dans le Nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé. L’armée israélienne assure avoir tué ce mardi matin un responsable des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, la branche armée du Fatah, le parti au pouvoir en Cisjordanie. Au moins 40 personnes auraient été blessées dans l’opération.

L’opération a été lancée ce matin contre la maison d’Ibrahim al-Nabulsi dans la vieille ville de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l’armée israélienne depuis 1967, renseigne Libération.fr. Ce dernier selon le site d’information, était soupçonné par Israël d’être impliqué dans une série d’attaques anti-israéliennes. D’après une source du journal, des échanges de tirs entre Palestiniens et forces israéliennes ont eu lieu lors du raid, , alors qu’une dizaine de véhicules de l’armée ont bloqué la circulation dans la ville. La police israélienne a fait état de l’usage d’une roquette pour cibler la résidence. Le corps d’Ibrahim al-Nabulsi a ensuite été transporté par une dizaine d’hommes armés à l’hôpital Rafidia de Naplouse, où des centaines de Palestiniens se sont rassemblées.

Ce raid de l’armée survient deux jours après la fin d’une opération militaire meurtrière israélienne lancée contre le mouvement palestinien armé Jihad islamique dans la bande de Gaza, où 46 Palestiniens ont été tués dont de nombreux enfants selon un bilan palestinien. La trêve conclue dimanche entre Israël et le groupe armée très implanté dans la bande de Gaza, était toujours respectée ce mardi matin par les belligérants.

A en croire Libération.fr, ces affrontements s’inscrivent dans un contexte de tensions dû, entre autres, à la colonisation. Certaines zones subissent une recrudescence de violences, d’attaques et de provocations de la part des colons, depuis plusieurs semaines. Agressions physiques, déracinements d’oliviers, incendies, provoquent la colère des Palestiniens et en conséquence, la répression de l’armée.

Avec Libération.fr

Leave a reply