Formation et insertion professionnelles : Décrocher un stage, un véritable casse-tête

0
164

Dans le milieu professionnel, décrocher un stage après les études ou une formation est devenu un véritable calvaire pour les jeunes. Ils sont souvent confrontés à ce problème qui freine leurs ambitions dans le cadre de la mise en pratique des connaissances théoriques, de la  recherche d’expériences. Car il est très difficile, voire rare d’être rappelé, après avoir déposé une demande de stage dans différentes entreprises/services. Après de nombre dépôts sans succès, la  plupart de ces jeunes sont obligés de faire appel à leur professeurs ou connaissances qui jouent sur leurs relations afin qu’ils puissent obtenir un simple stage. Malgré la motivation qui anime la majeure partie des étudiants qui rêvent d’intégrer des entreprises et autre milieux professionnels, le problème persiste. 

«Monsieur/Mademoiselle, votre demande a été enregistrée. Restez à l’écoute, nous vous rappellerons…» «Monsieur/Mademoiselle, qui vous a recommandé… ?», etc. Ces mots, au-delà des demandeurs d’emploi, tous les étudiants et sortants d’écoles de formation ou presque les ont au moins une fois entendu, après dépôt (souvent sans succès) de dossiers de demande de stage dans une ou plusieurs structures. Fournir les dossiers nécessaires pour obtenir un stage dans des entreprises semble être facile ; mais le décrocher, c’est la croix et la bannière. Cela s’avère être très dure réalité, de nos jours.

Cette situation est devenue un véritable casse-tête pour les étudiants qui sont souvent désorientés et livrés à eux-mêmes, pendant ou après leur cursus scolaire ou formation. Beaucoup d’entre eux peinent à trouver un stage pour mettre en pratique les connaissances souvent théoriques acquises et gagner de l’expérience. Entre promesses de rappel non tenues et questions renvoyant ou connotation du fameux «bas long» qui aurait guidé le choix de l’entreprise de dépôt de dossiers, des demandeurs de stage finissent par perdre tout espoir et confiance. Un obstacle qui les oblige, parfois, à se rabattre sur leurs professeurs qui jouent la carte relationnelle pour leur donner un coup de main.

Ils sont souvent des étudiants en pleine année scolaire, en fin de formation ou de jeunes diplômés, fraichement sortis des écoles de formation qui se heurtent aux dures réalités… du milieu professionnel. Beaucoup de dossiers de jeunes stagiaires sont rangés dans les tiroirs, d’autres servent de décoration de bureau.

Etudiante en Banque-Finance-Assurance, Diaba Fall peine à trouver un stage, depuis quelques mois. «Bientôt deux mois depuis que j’ai déposé deux stages dans deux banques différentes, mais en vain. Car jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas reçu de réponse de leur part. Quand je les appelle, ils me demandent toujours d’attendre», explique-t-elle. Avant d’ajouter : «Je ne me décourage pas parce que ce sont des obstacles de la vie et il ne faut pas lâcher prise. Je vais encore déposer dans d’autres banques pour voir», laisse entendre Diaba.

RECOURS AU «BRAS LONG», POUR DEJOUER LES OBSTACLES A TROUVER UN STAGE

Dans ce même sillage, Lamine Seye, un jeune diplômé en Journalisme et Communication embouche la même trompette. «C’est dure d’avoir un stage dans les maisons de presse. J’ai comme l’impression qu’ils ne regardent même pas nos demandes. J’ai terminé mon stage dans un site, il y a de cela 6 mois. Depuis lors, j’essaye d’avoir un autre, mais je me heurte à un mur. J’ai déposé plus de 5 CV (Curriculum vitae, ndlr) dans les maisons de presse et sites, mais que dalle. Et pourtant, nous le faisons uniquement pour gagner de l’expérience», fait-il savoir. Avant de renchérir : «Je me demande pourquoi c’est aussi compliqué que cela. Si décrocher un stage s’avère être aussi difficile que ça, je me demande bien ce qu’il en est pour l’emploi», se demande-t-il.

Parmi les concernés, Ndeye Maguette Bèye, étudiante en 3ème année de Droit des Affaires et Fiscalités, pense que pour décrocher un stage ou un emploi, il suffit d’avoir un «bras long». «Quand tu déposes, les entreprises te font patienter jusqu’à l’épuisement, ils ne te rappellent même pas. Mais quand tu as des connaissances dans le milieu, tu es sauvé», dit  Ndeye Maguette qui peine aussi à trouver un stage. Poursuivant son explication, elle dira : «c’est vraiment difficile, surtout quand on est jeune, plein de rêve et qu’on veuille gagner de l’expérience. Cela ne devait même être un problème car le stage est la clé qui nous permet d’ouvrir les portes de l’emploi. Mais, c’est dommage, parce qu’on se tue avant de l’avoir», déplore-t-elle.

Si trouver un stage demeure difficile pour certains étudiants ou diplômés, tel n’est pas le cas pour d’autres qui estiment qu’il faut jouer sur les relations afin de l’obtenir. Selon Mohamed Moustapha Niang, il suffit d’avoir des connaissances dans le milieu pour être retenu, sans le moindre problème. «Maintenant, tout se fait avec les relations. Nous sommes au Sénégal, il est très difficile d’avoir un stage, encore moins un emploi. Je suis à mon quatrième stage en informatique et tous ces stages, je les ai obtenus grâce à mes professeurs qui m’ont mis en relation avec leurs amis. Mais, avant ça, j’ai déposé un peu partout, sans succès. C’est après qu’un de mes professeurs m’a donné un coup de pousse», explique l’étudiant en informatique.

Les jeunes sont toujours confrontés à des difficultés quand il faut  trouver un stage dans le milieu professionnel. Mais cela ne semble guère être un obstacle qui les fait reculer, même si parfois ils sont désorientés et  livrés à eux-mêmes.

AMSATOU GANO (STAGIAIRE) 

Comments are closed.