Guinée: «Nous devons travailler à une décrispation politique», annonce le Premier ministre Bah Oury

0
347

RFI : Vous dites que vous venez à la primature pour décrisper la situation, l’une des causes de la grave crise d’il y a deux semaines, ce sont les coupures de chaînes de radios et de télévisions indépendantes, ce sont aussi les restrictions sur internet, « halte à la censure » disent les Forces vives de Guinée, est-ce toutes ces coupures vont cesser ?

Bah Oury : La semaine dernière, j’ai déjà rencontré, à ma demande, les professionnels des médias, et nous avons eu à échanger sur la question. Dans les prochains jours, nous allons travailler à ce que la situation redevienne normale. En ce qui concerne la question de la restriction d’internet, la restriction a été levée.

Et quand vous dites que vous avez dit aux patrons des médias que la situation allait redevenir normale, c’est du point de vue des chaînes de radios et de télévisions qui sont actuellement coupées ou brouillées ?

Peut-être que je n’ai pas dit exactement que ça redeviendra normal, mais j’ai pris en compte leurs doléances et leurs préoccupations, et je vais en discuter avec le président de la République, le général Doumbouya, pour avoir son point de vue. Et je pense que l’état d’esprit qui doit prévaloir à l’heure actuelle, c’est un état d’esprit de décrispation, et comme les médias, notamment les responsables, vont mettre en place un organe d’auto-régulation interne, je pense qu’ils ont pris bonne note de la nécessité de moraliser et de discipliner une nouvelle génération de journalistes qui sont beaucoup plus dans la culture des réseaux sociaux que dans la culture d’un professionnalisme avéré, en ce qui concerne le métier du journalisme.

Depuis l’explosion du principal dépôt de carburant de Conakry, c’était le 17 décembre dernier, il y a pénurie de carburant, il y a encore plus de délestage d’électricité qu’avant, qu’est-ce que vous comptez faire pour remédier à tout cela ?

Cette situation, vraiment, a été une catastrophe nationale, avec bien entendu les pertes en vies humaines. Il faut faire face notamment aux besoins de la population affectée, pour retrouver, avant la saison des pluies, des logements décents et puis assurer l’approvisionnement en carburant du pays. J’espère que, dans les prochains mois, on pourra parvenir à assurer une desserte tout à fait régulière en attendant la construction d’un nouveau dépôt. En ce qui concerne la question de l’électricité, on se bat actuellement avec les équipes concernées pour trouver des solutions, quitte à débourser des montants qu’on aurait pu utiliser dans le secteur des investissements pour avoir la capacité de produire plus d’électricité, d’où la nécessité de faire appel à un bateau qui abrite des groupes thermiques pour assurer une capacité de production supplémentaire.

Donc il y a dans le port de Conakry un bateau qui fait centrale thermique en quelque sorte, c’est ça ?

Oui, c’est bien ça. Mais le bateau n’est pas encore là, et nous sommes en train de voir avec toutes les structures concernées pour activer l’arrivée de ce bateau et pour avoir une capacité supplémentaire de production d’électricité.

Depuis l’arrivée au pouvoir des militaires du CNRD il y a deux ans et demi, le dialogue est très difficile avec les trois grandes formations politiques du pays, le RPG d’Alpha Condé, l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, et l’UFR de Sidya Touré… Que comptez-vous faire pour convaincre ces grands partis de parler avec le pouvoir et avec vous ?

Vous savez, chaque chose en son temps. Dans la première phase, il y avait eu des crispations qui sont nées de manière presque spontanée. Après deux ans et demi maintenant, le temps a permis de ramener la raison au niveau de la plupart des acteurs. Et suite à ma nomination, j’ai reçu les encouragements et les félicitations des acteurs que vous venez de citer, donc nous allons renforcer cette dynamique de décrispation, et nous allons travailler à ce que tout le monde puisse se retrouver autour de la table pour que la Guinée puisse revenir à un ordre constitutionnel normal et par la suite baliser le chemin pour une gouvernance vertueuse, équilibrée, consensuelle, pour en finir avec plusieurs décennies d’errance et de soubresauts qui affectaient la paix sociale et la stabilité du pays.

Et est-ce que vous avez parlé récemment avec votre ancien camarade de parti, Cellou Dalein Diallo ?

72 heures après ma nomination, lui-même a pris l’initiative de m’appeler pour me féliciter et m’encourager.

Et que lui avez-vous répondu ?

Je lui ai répondu que je le remercie, et qu’il est temps que nous tous, nous travaillions pour assurer un retour à un ordre constitutionnel.

Il vous a évidemment demandé si vous étiez favorable à son retour d’exil, qu’en pensez-vous ?

Non, nous n’avons pas évoqué cette question.

Quand vous avez accepté de venir à la primature, vous avez nécessairement demandé aux miliaires du CNRD et au général Mamady Doumbouya combien de temps allait encore durer la transition. Qu’est-ce qu’ils vous ont répondu ?

Je pense que la durée de la transition dépend de ce qui va être fait sur le terrain. Nous avons besoin de finaliser la mise en place du recensement administratif à vocation d’état civil, et de ce fichier d’état civil, il y aura l’extraction pour avoir le fichier électoral. A partir de l’établissement du fichier électoral, le referendum a été déjà indiqué comme étant un objectif majeur par le président du CNRD, le général Mamady Doumbouya. Donc d’ici la fin de l’année, il faut nécessairement que le referendum constitutionnel puisse être tenu. A partir de ce moment-là, les autres processus électoraux vont être déclinés.

Ce qui vous laisse espérer une fin de la transition l’année prochaine, en 2025 ?

J’espère que nous tiendrons le cap, et ce qui est en train d’être fait va dans cette direction.

S’il y a un referendum avant la fin de l’année, peut-on espérer un retour à l’ordre constitutionnel normal d’ici un an ?

Je ne peux pas me prononcer puisqu’il y a beaucoup de contingences. Dans un contexte où nous accusons une fragilité sur le plan économique, sur le plan financier, nous devons travailler à une stabilisation, à une décrispation politique pour avoir la possibilité d’examiner et de faire les étapes des chronogrammes dans une relative sérénité, donc l’objectif c’est de finir cela. Et je pense que 2025 est une bonne période pour couronner l’ensemble du processus, et toujours avec l’aide de dieu, parce que, par exemple, l’explosion du dépôt de carburant a été vraiment un coup très dur et qui impacte l’ensemble des activités de l’Etat aujourd’hui.

Leave a reply