Hommage à Pape Fall* 6 Mars 2012 – 6 Mars 2024, Douze ans déjà !

0
270

PAPE FALL, LE PASSEUR.

En ce 12ème anniversaire de la disparition de Abdoulaye FALL, mon Frère,

Notre Frère, je profite de cette opportunité pour lui rendre hommage pour sa

Bienveillance à notre égard et la source d’inspiration qu’il est pour nous.

Je rends aussi hommage au camarade qu’il était depuis son adolescence, convaincu que la lutte pour la démocratie et la justice valait bien plus que toute autre lutte. Il était infatigable dans cette quête. Passeur hors pair, il l’a été au Sénégal pour l’accès à la culture, à la démocratie par le biais l’alphabétisation de ceux qui en étés privés, par l’enseignement, par les mouvements de jeunesse etc.

Exilé en France, comme il se considérait, il n’était pas résigné pour autant ! Il n’a jamais cessé de lutter, se consacrant exactement à son idéal au service de ses concitoyens sénégalais et français par le biais de la transmission des savoirs.

Les Assises Nationales du Sénégal ont été pour lui de rendre, sans rancune mais avec enthousiasme, ce que le Sénégal lui a donné. Il était une passerelle !

Repose en paix mon très cher frère !

 

Par Bougouma Fall, Lyon, frère de Pape Fall

PAPE FALL, UNE SINGULARITE REMARQUABLE !

Par Aziz Dieng, Sociologue

La présence accueillante, la fidélité inébranlable de cet ami m’ont marqué autant que ses qualités de constance, de retenue et une intuition exceptionnelle qui lui permettait de démasquer les faux sérieux. Il a utilisé l’humour avec finesse, en tant qu’arme de séduction et de détachement. Dans les débats et les combats les plus intenses, il avait le talent de déstabiliser avec son humour et son sourire, empreints d’humanisme, rappelant la célèbre maxime de Churchill sur l’humour comme le lien le plus direct entre deux êtres. Pour moi, voilà en quoi résidait sa singularité.

Aziz Dieng, Sociologue

PAPE, LE POUVOIR DU SILENCE.

En Pape Fall, je garde le souvenir d’un homme qui avait le pouvoir du silence, de la discrétion et de l’action accomplie.

Je le croisais dans des réunions, toujours en retrait, mais attentif et préférant la parcimonie, l’efficience et l’économie de la parole.

C’est en échangeant avec notre ami commun Mansour Gueye que j’ai découvert qu’il était en réalité, l’homme de l’édifice, le charpentier de ces initiatives collectives.

Sans s’en vanter, œuvrant sans relâche pour le succès de l’action sociale et politique, il laissera derrière lui le souvenir d’un grand homme, bâtisseur de progrès. En cela, sa mémoire est une ressource majeure pour les entrepreneurs d’espérance et pour tous ceux qui sont en quête d’un modèle de référence.

Par Babacar Sall, sociologue et écrivain

PAPE FALL, 12 ANS DEJA !

Pape Fall 12ans déjà ! Je ne n’arrive pas à réaliser ce temps sachant que pour moi Pape est toujours parmi nous à travers nos conversations et discussions avec nos épouses, amis sur différents sujets du moment d’ordre familial, sociétal, politique ; les idées de Pape et sa vision sont toujours citées.

Que dire pour lui rendre hommage !

Un homme de conviction de cœur qui aime son pays le Sénégal et un grand panafricain ce qui explique tous les combats qu’il a mené jusqu’au dernier moment de sa vie.

Je l’ai connu dans les années 80 en milieu étudiant depuis on ne s’est jamais quitté même si par moment pour des raisons professionnelles on n’était pas dans les mêmes régions en France on gardait toujours le contact et le destin a fait que sur les derniers moments de sa vie nos deux familles se sont retrouvées dans la région parisienne où il a fini sa vie.

Fall comme je l’appelais et lui m’appelait Ndoura avec beaucoup d’humour était un homme rempli d’humanité, d’un calme et d’une sérénité déconcertante face des situations difficiles c’était son côté leader dans nos mouvements. J’ai beaucoup appris à ces côtés.

Paix à son âme !

Par Lamine Ndour

A NOTRE CHER PAAP FAAL

Nous nous sommes connus en France dans l’Aesf (Association des Etudiants Sénégalais en France) donc dans la Feanf donc dans l’Ugees..

Aesf avec ses faits et gestes dont les luttes de ligne et ses services aux communautés dont le Clet comite liaison étudiants et travailleurs. Puis est né le Front culturel patriotique l’éducation émancipatrice.

Le 6 mars est pour nous annonciateur du 9 mars dans l’Anafa et la Paalae pour commémorer les âmes illuminées.

CHAQUE ANNEE Paap est célébré et sa famille a participé à certaines éditions dont celle dans le Nord du pays.

Paap est pour nous l’incarnation de la générosité consciente un souffle rassurant et discret étouffe parfois parce que maîtrisé indice d’éducation informelle formelle et informelle. C’est le partage en histoire aussi en dialogue des civilisations des générations le partage des bonnes pratiques.

Nous formulons le vœu que les nouvelles générations de combattants pour les causes justes s’inspirent de son action et de sa pensée.

Nous te saluons cher frère  au regard serein inspiré  et taquin.

Jaajefati ba beneen

Pr Buuba Diop

A BODDY MILES

Pape je l’ai connu dans les années 70 sous le nom de Boddy Miles car il état batteur dans l’orchestre formé par mon frère et qui répétait dans notre garage !!!

Je peux dire que l’engagement de Pape était un sacerdoce, un activiste avant l’heure.

Je garde une image de Pape sortant de prison l’air pas content on avait l’impression qu’il n’était pas satisfait de sa sortie et dire que Pape a préparé son bac en prison, un camarade qui a toujours combattu l’opportunisme.

Je me rappelle nos week-ends à Lyon on les passait dans les foyers Sonacotra pour l’alphabétisation, l’accompagnement des travailleurs immigrés dans leurs démarches administratives etc…

Il était un vrai humaniste.

Par Yaya Camara, Lyon

MA PART DE TEMOIGNAGE SUR LE CAMARADE PAPE FALL.

Par Nouha Cissé

Je remercie sincèrement le camarade Benjamin Faye sur le témoignage vrai sur le défunt camarade Pape Fall. Son image postée en profil aux goupes Xarebi-Mrdn et  Débats des cents fleurs est la marque d’une reconnaissance posthume méritée. Pensant que tout ce qui a été dit et fait était largement suffisant, je me suis abstenu de toute forme de contribution. Mais le devoir de camaraderie et d’amitié entre mon épouse et moi et le couple Fall (Pape et Martine) commande mon témoignage.

J’ai connu Pape Fall en 1975 à Rufisque pendant que je dispensais des enseignements d’histoire à mes heures libres, à titre bénévole et gratuit, au bénéfice des auditeurs de l’ACAPES de Rufisque. Pape partageait la même cohorte de candidats libres au baccalauréat avec des instituteurs préparant des concours professionnels. Mamadou CASTRO étaient de ceux-là. Admis au bac alors que Castro le fut pour l’inspectorat de l’enseignement, Pape Fall me retrouva en faculté, au département d’histoire où j’étais moniteur. En 1977, il a été au nombre des jeunes camarades étudiants de la faculté des lettres avec lesquels  notre courant a conduit (dirigé) la grève contre le décret de Senghor portant sur  » l’engagement triquinquenal auquel les étudiants étaient farouchement opposés. Avec Pape Fall nous avions animé quasi quotidiennement « les piquets de masses », une trouvaille du courant, pour l’agitation et la mobilisation autour des différents mots d’ordre. Pape a poursuivi et diversifié la qualité de son engagement politique, ce que ma dame, Seynabou Male, a  pu vérifier a l’occasion d’une visite au couple Fall en France. Prolongeant la camaraderie et l’amitié entre nos deux familles, Pape et sa dame Martine nous ont réservé une visite mémorable faite d’échanges intenses sur le courant et les grandes questions de l’époque entre autres. C’était en 1981. Pape était un camarade, un ami. Le couple Fall nous a adoptés comme aînés, amis et camarades. C’est un devoir   pour moi de porter un témoignage sur ce grand monsieur arraché à notre affection et à la lutte.

Nouha Cissé

                                                            BIG BROTHER !

Grand frère , 12 ans déjà ! Que ça passe vite mais je me rappelle ma première année à Lyon avec la manif devant la préfecture pour exiger un RDV pour les cartes de séjour au lieu d’une attente sous le froid glacial « premier arrivé, premier servi ».

Tu m’avais pris à tes côtés pour former le cordon de sécurité face aux flics armés jusqu’aux dents et c’est ce matin d’automne qu’est née ma fibre revendicative de mes droits et plus tard, ma fibre associative.

Je ne te remercierai jamais assez car tu m’as ouvert la voie de l’essentiel, le partage.

Dommage que pour des raisons de « m’as-tu vu », je ne t’ai pas suivi comme ton adjoint lors des assises nationales mais tu as su mener ta mission convenablement. Comme Dieu fait bien les choses, il me t’a arraché pour me donner ton frère Zac avec qui je partage des moments inoubliables.

Puisse Allah SWT t’accorder une place dans son paradis firdawci .

Tu resteras à jamais dans mon cœur avec tous ces moments de bonheur partagés . RIP BIG BROTHER

 

Par Saidou Ndiaye

Leave a reply