Kaolack/ Gamou et africanisme : Baye Niasse un modèle sûr de l’intégration

0
492

En dépit de sa mission de propager l’Islam, la Sunnah ou la « Tariha » Tidyania à travers les peuples du monde, le Fondateur de Médina Baye Cheikh Ibrahima Niasse consacrait l’essentiel de ses voyages à l’humanité. Mieux les bonnes méthodes à adopter pour bâtir un monde meilleur et une cohabitation universelle pour ne pas dire plus rapprochée des peuples qui composent notre monde. Durant les années 37 alors que Baye Niasse commençait déjà à explorer certains pays africains, notamment ceux de la sous région, cette volonté d’unifier les peuples africains l’excitait de plus en plus et  le Cheikh n’hésitait pas à écrire de nombreuses propositions à certains gouvernements de l’époque dont celui du Président Léopold Sédar Senghor afin de penser mutuellement au bâtissage d’une Afrique forte, capable de promouvoir sa propre prospérité et son développement de manière générale. Souvent ses propositions étaient répondues, parfois elles faisaient objet de lettres mortes et dormaient dans des tiroirs. Mais ce manque unilatéral de persévérance ne freinait en rien la marche du Cheikh vers cette unification des peuples. Ainsi il profitait de ses nombreux voyages au Mali, Nigéria, Niger, Ghana, Cameroun, Tchad, Burkina Faso entre autres pays pour matérialiser ses souhaits et cette volonté inouïe de brasser les peuples. Beaucoup de mariages mixtes entre Sénégalais et Nigérians, Mauritaniens et Tchadiens ou Ghanéens /Sénégalais sont nés de ces unions. Et l’on trouve aujourd’hui à Médina Baye de nombreux citoyens sénégalais de mère haoussa et de père mauritanien ou de père sénégalais et de mère nigérienne ou vice/ versa. Car tout au long de sa vie, Cheikh Ibrahima Niasse n’a cessé de sceller ce genre de mariages mixtes ici au Sénégal et partout dans les pays qu’il avait l’habitude de visiter en Afrique et ailleurs dans le monde. Mais le plus important pour Baye Niasse était d’enseigner à ces anciens peuples de mécréants ou de religions diverses les vertus de l’islam et les principes et recommandations de la « Tariha » Tidyania. Malgré que dans la plupart de ces pays la question linguistique se posait avec acuité, le guide de Médina Baye a su franchir tous ces obstacles et enseigner toutes les leçons qu’il voulait dispenser en Afrique et ailleurs. Ainsi après avoir traduit en langue Arabe et en Wolof le Saint Coran, l’Imam de la « Fayda » a vu son travail perpétué par ses fils et certains parmi ses petits fils qui sont même allés jusqu’à traduire le Coran en Français et en anglais.

ABDOULAYE FALL 

 

Leave a reply