Kaolack/ Un mot d’ordre largement suivi dans le Centre

0
595

Le mot d’ordre de grève générale du Syndicat des transports routiers du Sénégal (Strs), comme constaté dans le Centre du pays, est largement suivi. Le tour effectué au niveau des différentes gares routières de Kaolack donne la parfaite appréciation. Surtout quand il est constaté que dans ces grandes surfaces de stationnement des véhicules en partance pour les différentes localités du pays, les nombreux voyageurs visiblement inquiets s’étaient massivement amassés sur les pistes, attendant vainement que la situation se décante, pour détaler.

Au-delà du transport interurbain, ce mouvement d’humeur a aussi été suivi par les transporteurs urbains, les véhicules taxis et autres minicars  qui servaient naturellement de moyen de transport aux populations voyageant de quartier en quartier ou des quartiers périphériques vers le centre-ville. Ces véhicules étaient tous à l’arrêt et beaucoup peinaient à voir l’ombre de ces véhicules «jaunes-noirs» ou peints en «vert-blanc». Ainsi pour relier un point à un autre, les populations se donnaient l’obligation de prendre un vélo taxi, une charrette ou parcourir de longues distances à pieds, si la bourse ne s’y prête pas.

Dans tous les coins et recoins des aires de stationnement, les marchands et petits spéculateurs ont quasiment vidé les lieux, et rentraient par groupe ou dans la solitude, comme s’ils sentaient que le décret de «mort» de ces deux journées d’activités est déjà signé par les chauffeurs et transporteurs.

Il faut cependant retenir que la situation ne s’est pas simplement limitée sur le périmètre communal ; mais partout sur les quatre (4) sorties et entrées de la ville, les équipes de surveillance, de vigilance ont été déployées afin de barrer la route aux défaillants ou les voitures particulières en activité dans le transport et de manière frauduleuse.

Ainsi, jusque tard dans la soirée, rues et ruelles restaient presque désertes et donnaient l’impression d’accueillir plus de monde que d’habitude. Car, à cause de ce mouvement d’humeur, ces voies ont renoué avec l’affluence et devenaient de plus en plus fréquentées à cause de ce manque criard de moyens de transport. Une situation qui, à la limite, à beaucoup affecté les braves dames qui devaient faire un tour au marché et qui sont rentrées plus tard que prévu.

Joints hier au téléphone, les présidents des Regroupements de chauffeurs et transporteurs des communes de Fatick, Kaffrine, Nioro et Guinguinéo ont affirmé avoir respecté le mot d’ordre et ordonné la paralysie totale du secteur durant ces prochaines 24h, donc cette journée du jeudi. 

Abdoulaye FALL

Comments are closed.