Kenya Airways et South African Airways annoncent des avancées sur leur projet de compagnie panafricaine

0
894

(Agence Ecofin) – Le plan de création d’un transporteur panafricain initié par Kenya Airways et South African Airways se poursuit. Passé l’étape de signature des conventions-cadres organisant leur partenariat, les porteurs de cette vision vont se lancer à l’assaut des investisseurs.

Kenya Airways (KQ) et South African Airways (SAA) ont annoncé une campagne de mobilisation des bailleurs autour de leur projet de création d’une compagnie aérienne panafricaine en 2023. Les démarches auprès des investisseurs se dérouleront en Afrique, à Londres et aux États-Unis.

L’objectif selon le directeur général de Kenya Airways, Allan Kilavuka, est « d’obtenir le soutien d’une institution financière plutôt que celui d’un partenaire industriel tel qu’un transporteur du Golfe, car cela pourrait compromettre les plans de répartition des vols long-courriers entre les plateformes respectives des compagnies aériennes ».

L’idée de création de ladite compagnie, dans laquelle les deux transporteurs conserveront leurs personnalités juridiques, est venue en 2016 des chefs d’Etats kényan et sud-africains. Elle s’inscrit en droite ligne de la mise en œuvre de la Zlecaf, a l’avantage d’offrir aux deux transporteurs de nouvelles opportunités de trafic en Afrique comme ailleurs dans le monde.

Hormis les hubs aériens prévus pour Nairobi et Johannesburg, les deux entreprises pourraient recruter un troisième membre en Afrique de l’Ouest afin de consolider leur présence dans cette région. Ce projet est par ailleurs une opportunité de relance des activités pour les deux compagnies qui font partie des leaders de l’industrie aérienne africaine, mais qui sont actuellement confrontées à certains défis, notamment financiers.

La SAA a en effet été repêchée d’une faillite qui l’a conduite à suspendre ses activités pendant plusieurs mois, alors que la KQ qui a accumulé des résultats d’activités déficitaires sur plusieurs années continue d’être renflouée par l’Etat.

Leave a reply