Le Conseil d’État valide l’interdiction de l’abaya à l’école

0
604

(lefigaro.fr)-L’association Action Droits des Musulmans (ADM) avait déposé un référé-liberté, une procédure d’urgence, contre l’interdiction de l’abaya à l’école.

Le Conseil d’État a rejeté la requête déposée en urgence par une association contre l’interdiction de l’abaya à l’école, a annoncé la plus haute juridiction administrative, validant donc la décision du ministre de l’Éducation nationale Gabriel Attal, prise peu avant la rentrée scolaire.

L’association Action Droits des Musulmans (ADM) avait déposé un référé-liberté, une procédure d’urgence, pour obtenir la suspension de cette interdiction. Pour les plaignants, cette interdiction «porte atteinte aux droits de l’enfant, car elle vient viser principalement les enfants présumés musulmans, créant ainsi un risque de profilage ethnique à l’école».

«Logique d’affirmation religieuse»

Dans sa décision, le Conseil d’État estime que «l’interdiction du port de ces vêtements ne porte pas une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale». Il indique également que «le port de l’abaya et du qamis au sein des établissements scolaires, qui a donné lieu à un nombre de signalements en forte augmentation (…) s’inscrit dans une logique d’affirmation religieuse, ainsi que cela ressort notamment des propos tenus au cours des dialogues engagés avec les élèves».

Depuis la rentrée, les élèves se présentant à l’école revêtus d’abayas (de longues robes traditionnelles portées par certaines élèves musulmanes) ou de qamis (l’équivalent pour les hommes) ne peuvent pas entrer en classe. Une interdiction soutenue par le gouvernement, mais largement critiquée à gauche.

Leave a reply