« Le président Macky Sall est-il capable de faire en 5 mois, ce que le président Abdoulaye Wade n’avait pas pu faire en 3 ans ? », Momar Diongue, journaliste analyste politique

0
370

Après les élections locales du 23 janvier 2022, marquées par une bonne percée de la coalition Yewwi Askan Wi qui a gagné de grandes villes comme Dakar, Thiès et Ziguinchor, les perspectives se tournent désormais vers les législatives prochaines. Joint par la rédaction de sudquotidien.sn, le journaliste analyste politique, Momar Diongue paraît douter de la capacité du président Sall à se refaire une bonne santé, avant la tenue de ces prochaines joutes.

Quelle lecture faites-vous du sacre de la coalition Yewwi Askaan Wi aux élections locales qui viennent de s’achever ?


Pour moi, ce n’est pas du tout surprenant. Car dès mars 2021, les mouvements sociaux qui s’étaient produits, annonçaient déjà le désarroi de la population sénégalaise pour le modèle de gouvernance du parti au pouvoir. Par conséquent, ces élections locales n’ont été finalement rien d’autre qu’une sanction des citoyens contre les différents manquements du pouvoir en place (absence d’une bonne gouvernance, d’un état de droit et d’une reddition effective des comptes).


Vous avez parlé des mouvements sociaux de Mars 2021. Justement comment decrireriez-vous cet engagement politique des jeunes sénégalais : Une avancée démocratique ou tout simplement une colère générationnelle ?


Je crois que c’est une avancée démocratique dans la mesure où depuis quelques années nous avons remarqué dans la scène politique deux catégories de politiciens.
La première est composée de gens que je qualifierai de technopolitiques, à savoir qui n’ont de toute leur vie jamais eu d’appétence pour la chose publique, à l’image de Pierre Goudiaby Atépa, le juge Mamadou Déme et le Colonel Diéye.
La deuxième catégorie est celle des jeunes. Parmi ces derniers, l’une des figures marquantes est sans doute Ousmane Sonko qui, lors de la dernière présidentielle avait montré une assise politique encore jamais connue dans l’histoire récente du Sénégal.


Par ailleurs, nous avons aussi remarqué que dans la coalition Benno Bokk Yakaar, la plupart des candidats, avaient déjà un mandat qu’il jouait en quelque sorte et certains avaient un portefeuille ministériel. Quelle conséquence cela peut-il avoir sur leur poste de ministre au sein du gouvernement du président Macky Sall ?


Sur cette question-là, il n’y a pas d’ambiguïté par rapport aux positions du président Macky Sall. Rappelons qu’en 2014, à la veille des élections locales, il avait rassemblé tout ceux qui avaient des responsabilités gouvernementales ou nationales, pour leur dire que leur maintien à ces postes était suspendu à des résultats électoraux positifs. Il avait joint l’acte à la parole en limogeant Mimi Touré, Thierno Alassane Sall et Benoit Sambou. Donc pour les responsables du parti au pouvoir qui sont allés aux locales et qui ont perdu, ils savent à quoi s’attendre.


Les législatives sont des échéances vers lesquelles nous nous acheminons, quelles conséquences la perte de la majorité parlementaire pourra-t-elle avoir sur le gouvernement du président Macky Sall ?

Écoutez, ce qui est important de rappeler, c’est qu’à l’issue de ces élections locales, nous sommes dans les mêmes configurations qu’en mars 2009. A l’époque, le régime du président Wade qui avait perdu le contrôle de plusieurs grandes villes (Dakar, Thiès, Louga) avait trois ans pour se réarmer, afin d’aller à la présidentielle de 2012. Mais il n’y est pas parvenu.
Aujourd’hui, le gouvernement du président Macky Sall qui a perdu dans certaines grandes villes (Dakar, Thiès, Ziguinchor) a à peine 5 mois pour se refaire une santé. Ainsi, la question est de savoir si le président Macky Sall est capable de faire en 5 mois, ce que Abdoulaye Wade n’avait pas pu faire en 3 ans ? Je crois que la réponse coule de source.


Recueillis par Abdou Wahab Lo (Stagiaire)

Comments are closed.