«L’Islam demande à chaque musulman de faire son testament…», Amadou Makhtar Kanté, imam mosquée Point E

0
2209

«Dans la religion musulmane, l’héritage a plusieurs formes. Il faut d’abord savoir la valeur de l’héritage : si c’est un terrain, argent, entreprise, des troupeaux, compte bancaire etc.  Il faut d’abord savoir ce qu’on doit hériter ; après ça, on fait une évaluation des biens du défunt, on globalisé tout et on calcule la somme. Après on identifie le nombre des héritiers et on fait la division selon la Charia, le fils ayant droit au double de sa sœur.

Alors, tout individu peut léguer ses biens par testament. Le testament est ce qu’un défunt a laissé à sa mort où il dit ses souhaits. C’est la définition juridique du testament et c’est ça aussi sa définition dans la Charia, dans la droit islamique. L’Islam demande à chaque musulman de faire son testament et ce testament doit être intégralement respecté par sa famille, ses héritiers, tant qu’il n’y a pas dans le testament un contenu qui n’est pas compatible, dans la Charia, dans ce cadre-là, on ne respectera pas le testament ; sinon quand c’est conforme à la Charia, on doit le respecter.

Maintenant le contenu énuméré est libre. Chacun écrit son testament comme il veut parce que chacun a son propre vécu, sa famille s’est composée d’une certaine façon, etc. C’est pourquoi le testament est trop personnel et très privé. Donc vous écrivez ce que vous voulez. Vous pouvez écrire même comment vous voulez que votre deuil se passe, s’il y a des recommandations dans vos biens et justement dans vos biens, à condition de ne pas donner une part qui n’est pas acceptée par la Charia. Pas mal de recommandations qui ne dépendent que du défunt.

Quand donc les héritiers, les membres de la famille ou les frères du défunt contestent le testament, c’est de leur droit d’aller en justice et la justice va trancher. Même dans la Charia s’il  y a quelque chose qui enfreint les règles de la Charia, par exemple si quelqu’un dit : «à mon décès, vous donnez la moitié de mes biens à ma fille, la Charia va dire Non parce qu’elle a déjà prévu la part de chacun qui est que chaque garçon aura le double d’une fille». Maintenant, il est possible de dire : «le 1/3 de mes biens, je les consacre à telle et telle personnes, mais pas plus que ça». Et c’est des détails que les juristes musulmans connaissent et le principe c’est ça. Si c’est du côté Charia, ils doivent se rapprocher des oulémas et des religieux pour être sûr que ce qu’ils contestent est contestable du point de vue de la Charia. Sinon, s’ils contestent par rapport au droit positif, ils vont en justice.»

SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

Comments are closed.