L’organisation du Fespaco 2023 est  »une forme de résistance‘’, dit Alex Moussa Sawadogo

0
915

(APS) – L’organisation du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) dans le contexte sécuritaire difficile que traverse le Burkina Faso est ‘’une forme de résilience et de résistance’’, a affirmé, samedi, le délégué général dudit festival, Alex Moussa Sawadogo.

  ‘’L’organisation de cette édition du Fespaco est une forme de résilience et de résistance. Depuis quelques années, le Burkina Faso vit dans une situation très difficile, mais pour les autorités et pour la délégation générale, organiser un évènement comme le Fespaco est une manière de montrer aux yeux du monde que le Burkina Faso est debout’’, a-t-il déclaré dans un entretien accordé à l’APS. Le Burkina Faso veut selon lui continuer à écrire l’histoire des cinémas du monde.

‘’Le Burkina Faso a pris la responsabilité d’inviter beaucoup de gens, c’est pour montrer qu’il continue d’exister et que [Ouagadougou] n’est pas une ville fantôme’’, a-t-il fait valoir.

 Alex Moussa Sawadogo assure qu’à quelques heures du démarrage de la 28ème édition du Fespaco, prévue du 25 février au 4 mars prochain, tout est prêt à 99%. ‘’Je sors du Palais des sports de Ouaga 2000 pour voir les préparatifs de la cérémonie d’ouverture. Tout se présente bien. Nombreux sont aussi les invités qui sont déjà là ; les 99% des films sélectionnés sont déjà là ; les salles de cinéma ont déjà reçu le matériel de projection et les copies de films à projeter’’, a rassuré le délégué général.

Même si certains des invités ne sont pas encore arrivés, il reste  que  ‘’contrairement à ce qu’on pourrait penser, nombreuses sont les personnes qui viennent à Ouagadougou’’, s’est-il félicité. ‘’On espère vraiment pouvoir les loger et leur permettre d’avoir le maximum d’informations pour commencer le festival’’, a-t-il ajouté.

 Selon Sawadogo, le Fespaco est ‘’la destination à ne pas rater lorsqu’on rêve de faire du cinéma, ou lorsqu’on le fait déjà, ou lorsqu’on cherche de nouvelles opportunités dans sa carrière de réalisateur ou de producteur ou de distributeur’’. ‘’C’est pourquoi, dans notre démarche artistique, on voulait faire de telle sorte que le Fespaco devienne un festival de son temps, ce qui revient à dire qu’on veut que le Fespaco ne soit pas seulement un espace de visibilité, mais aussi un espace de transmission où on peut avoir des opportunités pour la production de son film ou sa diffusion, ou avoir des projets’’, explique-t-il.

 Alex Moussa Sawadogo rappelle que le cinéma est une industrie et qu’avant d’avoir un film, il faut un projet. Selon lui, le Fespaco offre ses espaces pour cela. ‘’C’est pourquoi nous sommes très fiers que le Fespaco soit un festival de son temps’’, a-t-il conclu.

Leave a reply