Mali : le premier ministre conditionne la tenue des élections par la stabilisation définitive du pays

0
309

AA/Tunis/Nadia Chahed

Le Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga, a déclaré que les élections qui permettraient un retour des civils au pouvoir ne sauront se tenir sans une stabilisation définitive du pays, ont rapporté des médias africains.

Maïga, qui s’exprimait jeudi dans un discours diffusé sur la télévision d’Etat, est le premier haut responsable à évoquer l’éventualité d’une rétrocession de pouvoir depuis que les militaires ont manqué à leurs engagements d’organiser la présidentielle en février puis de céder la place d’ici au 26 mars, précise l’Agence de presse africaine (APA).

Le non-respect de ces engagements, pris de longue date sous la pression de la Communauté des Etats ouest-africains, a réveillé un certain nombre de partis et organisations, précise le même média soulignant que les protestations ont redoublé depuis mercredi avec la décision de suspendre « jusqu’à nouvel ordre » les activités des partis, accusés de « subversion ».

Tentant d’apaiser les tension, Maïga a déclaré que les élections auraient lieu une fois que le pays, confronté aux agissements des groupes armés et plongé depuis 2012 dans une crise multidimensionnelle profonde, serait définitivement stabilisé.

« La phase de stabilisation doit atteindre un point de non-retour, un point suffisamment stable pour pouvoir organiser des élections », a-t-il souligné sans donner de délai pour la tenue des élections.

Leave a reply