Sénégal-France: Les derniers bons offices du lobbyiste Yaya DIALLO qui rebranche les câbles entre l’Élysée et le palais de Dakar

0
400

(Confidentielafrique.com) A 63 ans, le lobbyiste sénégalais Yaya DIALLO, d’une notoriété incontestée et très actif dans le réseautage franco-africain qui lui a valu le sobriquet de  »Monsieur Bons Offices » ou  » l’Africain de Hollande  » engage le pari de rebrancher les câbles dans sa nouvelle version entre le tout nouveau Président élu du Sénégal, Bassirou Diomaye Diakhar FAYE qu’il a soutenu becs et ongles, lors de la dernière présidentielle du 24 mars et le locataire de l’Élysée, Emmanuel MACRON. EXCLUSIF

Un dernier baroud d’honneur pour Yaya DIALLO (63 ans), ce natif de la localité de Vélingara (au sud du Sénégal) qui a battu campagne, à visage découvert en faveur de la coalition  » Diomaye Président ». Rideau sur un temps de campagne ardente, revoilà Yaya DIALLO en mode turbo sur les bords de la Seine. Il joue son dernier va-tout, pour remettre les pendules de la machine diplomatique franco-sénégalaise à leurs justes places. Accumulant une quarantaine de vie politique intense à Paris, depuis la rue Solférino, siège du parti socialiste français où tout a commencé, le lobbyiste sénégalais Yaya DIALLO, l’un des plus introduits dans les deux sens de la « discrète » galaxie des personnalités de haut rang françaises et africaines: de François Hollande, Anthony Blinken à Obiang Nguema, Sassou N’Guesso, général Haftar, multiplie ses visites au Quai d’Orsay et à l’Élysée pour  » faire adhérer » les autorités françaises à la nouvelle ligne politique et diplomatique des nouveaux dirigeants sénégalais, selon des informations autorisées de Confidentiel Afrique.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, depuis les événements du 21 mars 2021 avec son bilan mortifère et la spirale à rebondissements d’arrestations et d’emprisonnements. Paris, dans la foulée avait dépêché illico presto en son temps dans la capitale sénégalaise, Nadège Chouat, numéro deux de la cellule Afrique de l’Élysée, afin de rencontrer l’actuel Premier ministre Ousmane Sonko, l’ex-opposant le plus farouche et populaire au régime Macky SALL. La ligne du Premier ministre actuel lors de cette audience inédite, qui avait mis mal à l’aise le Chef de l’État d’alors plaide pour  » des relations symétriques » entre Paris et Dakar, sur la base des « principes d’équité et de dignité mutuelles ».

Aujourd’hui, avec l’avènement des nouveaux dirigeants au pouvoir, incarné par le tandem Bassirou Diomaye-Ousmane Sonko, la ligne reste invariable. Face à la nouvelle donne politique et diplomatique, fruit d’un long combat populaire éprouvé, Paris se voit contraint à un jeu d’équilibriste, compte tenu de la place stratégique qu’occupe le Sénégal, à moins seulement des premiers cent jours du mandat présidentiel de Bassirou Diomaye Diakhar FAYE. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, le discret « manitou » du dimanche, devrait être reçu ces jours ci au palais de l’Élysée par le président français Emmanuel MACRON, auprès de qui le lobbyiste sénégalais Yaya DIALLO compte rebrancher les câbles, conformément à la position intransigeante, non négociable des nouvelles autorités de Dakar.

Fausse note de Paris, aucune personnalité française n’a pris part à la solennelle cérémonie d’investiture du 2 avril du président Bassirou Diomaye FAYE. Aussi bien dans le style que dans la méthode, le gouvernement du régime Diomaye FAYE entend tout revoir et changer les relations économiques et diplomatiques avec la France. Fort de son entregent sous le parapluie enjoué de ses connexions dans les sphères les plus influentes de la capitale française, Yaya DIALLO se remet au turbo en « rassurant » les autorités de Paris à traiter les dossiers de coopération avec le Sénégal à égale dignité. Une dernière mission de bons offices pour ce quinquagénaire, à l’allure flamboyante et qui a choisi, urbi orbi de soutenir le projet PASTEF porté par Ousmane SONKO contre Khalifa SALL, son compagnon de lutte socialiste, candidat malheureux aux dernières élections présidentielles.

Leave a reply