Mawlid An-Nabawi ou Gamou : Histoire et significations d’une fête musulmane non coranique

0
174

Ce lundi 18 octobre, des musulmans du monde entier fêtent le Mawlid an-Nabawi ou Gamou, qui commémore la naissance du Prophète Mohammad (PSL). Contrairement aux deux fêtes musulmanes (Aïd el-Fitr – Korité – ou Aïd al-Kabir ou Aïd al-Adha – Tabaski) reconnues par le calendrier musulman, le Gamou est une «fête non canonique». Il est célébré le douzième jour de Rabi al-Awwal (troisième mois du calendrier musulman), correspondant cette année 2021 au 18 octobre, dans toutes les communautés musulmanes du monde, aussi bien sunnites que chiites.

C’est pourquoi, le Mawlid est sujet, depuis des siècles, à controverse quant à sa «validité» théologique : alors que certains docteurs de la loi rigoristes la considèrent comme une dérive («bida», innovation), d’autres voient dans cette célébration une innovation louable et une opportunité pour méditer sur la vie et l’œuvre du Prophète et redoubler d’actes pieux sur les pas de Mohammad (PSL). En tout cas, l’évocation la plus ancienne du Mawlid, sans pour autant parler de célébration, renvoie au lieu béni (la Maison du Prophète, PSL) qui ouvre ses portes au public chaque lundi du mois de Rabi al-Awwal, rapportent les historiens du VIIe siècle.

Selon eux, le jour du Mawlid an-Nabawi, traditionnellement les fidèles ne s’adonnent à aucune activité commerciale et s’empressent de visiter le lieu de naissance du Prophète (PSL). Ce jour-là, la Kâ’ba  (Pierre Noire de La Mecque) est ouverte au public pour des visites. Comme le confirmera, dès le VIIIe siècle, Ibn Battûta, qui relève la distribution, en ce jour, de nourritures sous forme d’offrande («sadaqat» ou charité) aux descendants du Prophète (PSL) ainsi qu’à tous les habitants de La Mecque.

Seulement, force est de mentionner que le Mawlid an-Nabawi n’a jamais été célébré à l’époque du Prophète (PSL), ni par ses compagnons (RTA), ni par les musulmans sunnites des premiers siècles. N’empêche, même si elle n’est pas connue par la Tradition (Sunna), cette fête revêt plutôt le caractère d’une solennité civile avec un ancrage populaire, historique et politique fort.

A en croire toujours des sources historiographiques islamiques, le Mawlid est célébré bien plus tard au début du VIIe siècle de l’Hégire (XIIIe siècle après J.-C.) par le prince de Irbil, surnommé «Al-Moudhaffar». C’est sous le règne de ce vassal de Saladin que le Mawlid prend véritablement ses traits sunnites, rapporte Revuepolitique.fr.

Leave a reply