Négociations Gouvernement-Syndicats de la santé : les hôpitaux, toujours en eaux troubles !

0
1053

Depuis le 10 mars dernier, le gouvernement du Sénégal a engagé des négociations avec les syndicats du secteur de la santé. Des négociations qui ont repris après un bon moment de trêve dû à la pandémie de la Covid.   Cependant, des syndicalistes se méfient des accords signés par le ministère de tutelle car survenant en pleine tourmente syndicale avec des grèves concertées.

L’ouverture des négociations avec les syndicats de la santé a démarré depuis le 10 mars. La partie syndicale était forte des délégations du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames), de And Gueusseum, de la Fédération des syndicats de la santé F2S et du Syndicat autonome des techniciens supérieurs de la santé. En présence de la Présidente du Haut conseil du dialogue social, les discussions ont permis aux deux parties d’aborder la majorité des préoccupations contenues dans les différentes plateformes revendicatives dont l’indemnité, l’augmentation de salaire mais aussi le plan de carrière. Les deux parties ont pu s’accorder sur un agenda à court terme, consistant en deux rencontres sectorielles et la tenue d’une plénière avant fin avril. Un engagement qui n’est pas honoré car les négociations se poursuivent toujours et toutes les entités syndicales n’ont pas encore été reçues par le ministre de la Santé et de l’action sociale en charge de piloter les négociations.

Le Syndicat des médecins pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (Sames) qui a été reçu en premier, avait salué l’initiative. Selon son secrétaire général, le Dr Yéri Camara, c’est un changement de paradigme qui va permettre de « restaurer » la paix sociale d’une manière durable dans le secteur du service public de la santé.  Selon lui, la revendication dans le domaine de l’urbanisme a eu «une bonne résolution », avec des « réponses satisfaisantes» en dépit de «lenteurs administratives». «Sur les questions à incidence financière, nous avons obtenu un premier rendez-vous avec le ministère des Finances et du Budget pour examen », a fait savoir le syndicaliste. Il a insisté sur le fait qu’il s’agissait là d’une question très importante dans la mesure où une étude relative au statut spécial avait été déjà menée. Le ministre de la Fonction publique Mariama Sarr avait fait savoir que tous les points soulevés par le Sames avaient dans leur majorité trouvé des solutions alors que d’autres étaient sur le point de l’être.

Le ministre de la Santé s’engage

Dans le cadre des négociations, les deux parties gouvernement et partie syndicale ont dressé un agenda entre les mois de mars et mai pour des réunions sectorielles qui vont conduire à une plénière avec les ministres concernés et les partenaires sociaux.  L’alliance And Gueusseum a déjà été à la table des négociations et des accords ont été pris par les deux parties. Si le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a annoncé un satisfecit avec la plateforme revendicative de ladite alliance qui a trouvé des solutions dans beaucoup de domaines, les acteurs syndicaux attendent la concrétisation. Une signature de protocole d’accord qui suscite moult interrogations.

         Les syndicats dans le protocole d’accord ministère Santé et And Gueusseum

Selon des acteurs présents au cours de la négociation, le document en question, loin d’être un protocole, ressemble plutôt à un compte-rendu qui relate des points dont certains datent de plus d’une décennie et fait le bilan d’étape des négociations inachevées entre les deux parties. « Nous n’avons pu y déceler qu’un seul point digne d’être considéré comme un acquis : il s’agit du relèvement des indemnités d’itinérance » ont-ils estimé. Au même moment d’autres syndicalistes estiment que « le reste n’est qu’une énumération presque fastidieuse de décrets (présidentiels), ou traite de la problématique du reversement ou du reclassement d’agents d’une catégorie à l’autre, avec une propension à privilégier les formations en ligne plus lucratives pour certaines officines proches du Ministère Par ailleurs, on note des vœux pieux comme le remboursement de la dette de la Couverture maladie universelle ( Cmu) ou le paiement à date due des primes et motivations ». Quant à la question des points à incidence financière, des sources ont avancé une pierre angulaire de la lutte syndicale dans le pays, depuis la publication de l’étude sur le système de rémunération au sein de l’Administration publique sénégalaise, elle demeure intacte. Et de conclure : « C’est ce qui rend cette cérémonie de signature du prétendu protocole suspecte car elle survient en pleine tourmente syndicale, au moment où les travailleurs de la santé et de l’action sociale s’apprêtent à lancer l’assaut final, pour arracher des acquis significatifs du même acabit que ceux obtenus par le mouvement syndical enseignant ».

DENISE ZAROUR MEDANG

Leave a reply