Note de lecture : Par Cheikh Yérim Seck L’Harmattan : « MACKY SALL FACE A L’HISTOIRE Passage sous scanner d’un pouvoir africain »

0
3840

L’ouvrage de Cheikh Yérim Seck « Macky Sall face à son destin »,  fait le bilan matériel de l’actuel président de la République du Sénégal, tout en donnant des révélations sur plusieurs points de sa gestion des biens publics et de ses relations avec les politiques. Entre critiques, reconnaissances, révélations, l’auteur dévoile aux Sénégalais comme il le dit « ce qui leur était caché et qu’ils ont le devoir de savoir».

Concernant le Président Sall, le journaliste écrivain avance dans son ouvrage que l’homme est entré dans l’histoire du pays par infraction.  Il soutient que Macky avait nourri dès le départ des ambitions politiques, qu’il n’osait pas afficher au su de son prédécesseur Abdoulaye Wade qui l’a porté à la tête de plusieurs institutions du pays.  Cheikh Yérim Seck relève ainsi : « en 2003, il a été promu ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales. Du haut de cette position stratégique, il a piqué le virus du pouvoir et commencé, quoique dans une discrétion légendaire, à construire une ambition et à réunir les moyens de la réaliser». Toutefois, dans le livre, l’auteur  fait savoir que c’est après son départ de la tête de l’Assemblée nationale que Macky Sall a commencé à poser les jalons d’une candidature qui va la conduire à la tête du pays au moment où personne ne s’y attendait.

Sur les réalisations  du pays, Cheikh Yérim Seck estime que personne ne peut nier que le Président Macky Sall a mieux géré que ses prédécesseurs. Ainsi dans tous les secteurs de la vie, il a réussi à imposer une résilience.  Les acquis ont été doublés dans des secteurs et triplés dans d’autres. Il revient sur sa gestion passant d’une démarche sombre et vertueuse à une démarche populiste. Sur ce point, le journaliste d’investigation a  révélé que Macky Sall a multiplié sous son magistère les scandales faisant de lui, le chef de l’Etat le plus en vue dans ce domaine. Avec une sorte de revue de faits qui ont défrayé la chronique les 10 dernières années et qui va de l’Affaire Petrotim au récent rapport de la Cour des comptes sur la gestion du Fonds Force Covid 19 en passant par les affaires Bigtogo, Arcelor Mittal et Ecotra. Au chapitre 6 de son livre, il avance : « la mal gouvernance ci-dessus décrite du secteur de l’énergie est l’arbre qui cache l’immense forêt  de nébuleuses qui risquent de rattraper le régime de Macky Sall ». Sur le rapport de l’Ige sur les permis octroyés à Pétro Tim, M Seck avance: «c’est l’un des documents les mieux gardés et les plus sensibles de la République». Un document qui a trait à la gestion dudit secteur par le frère du président Sall et la nébuleuse sur les 400 milliards réclamés par le peuple sénégalais après un reportage de la BBC incriminant Frank Timis et Aliou Sall.

Dans le secteur de la pêche, le journaliste revient avec une révélation estimant que les bateaux chinois ont tué la pêche et affamé plus de 6 millions de Sénégalais.  Selon l’auteur du livre, si les autres régimes ont pu toucher le secteur de manière ponctuelle, le régime de Macky Sall l’a fait de manière périodique.  « Tout au long des quarante années de règne, le pouvoir socialiste de Léopold Senghor à Abdou Diouf, s’est abstenu du moindre acte de nature  à compromettre ce que l’on appelle « l’or bleu ». C’est « Abdou Diouf qui, à la veille de l’organisation de la coupe d’Afrique des nations de football en 1992, a donné des autorisations de pêche à des navires Russes pour pouvoir financer l’événement. » Il révèle que le président Diouf a commencé à recourir à cette manne financière en autorisant saisonnièrement  l’entrée sur le territoire maritime de bâtiments étrangers.  Abdoulaye Wade a aussi fait comme les Socialistes, cependant, la gestion  pouvoir de Macky Sall de « l’or bleu » selon l’auteur a été pire que celle de tous ses prédécesseurs en vidant la pêche de ses ressources.

Le livre revient aussi sur les relations du président Sall avec ses collaborateurs comme Idrissa Seck, Aminata Touré, Amadou Ba.  Le dernier nommé est un problème, selon lui, parce que ses relations sont complexes avec le Président. « Tantôt réunis, tantôt séparés, tantôt collaborateurs proches, tantôt éloignés par un décret, ces deux hommes qui ne s’aiment pas et ne se font pas mutuellement confiance, font chacun de son côté des efforts nécessaires pour ne pas atteindre le point de rupture », lit-on à la page 207.  Sur la question de la 3e candidature, Cheikh Yerim affirme à la page 216 : « En Août 2020, Macky Sall a dans le plus grand secret écrit au Conseil Constitutionnel pour lui poser cette question : « au regard de notre Constitution, puis-je briguer la candidature à la Présidence de la République ? Le Conseil lui a répondu en substance : « Oui, vous pouvez ».  Une affirmation cependant dénuée de preuve de la part de l’auteur.

Une fenêtre s’ouvre aussi sur le procès de l’opposant Ousmane Sonko accusé de viol. Sur le chapitre qui lui est consacré, l’auteur s’aventure dans un propos attentatoire qui a poussé d’ailleurs l’accusé à ester en justice contre lui.  Le livre n’a pas aussi manqué de mettre en relation l’épouse du Chef de l’Etat dans les affaires du pays où elle garderait une forte influence sur son époux. Il faut dire enfin que l’ouvrage de Cheikh Yérim Seck accroche par l’autoglorification de son auteur. Comme en témoigne la page 11 : « L’historien, le politologue, le chercheur, l’étudiant, le journaliste, l’observateur y trouveront chacun leur compte dans ce qui est à la fois un manuel à la fois d’histoire, de sociologie politique, de journalisme d’investigation, de culture politique, de culture générale ». Rien que ça.

 

DENISE ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply