«Nous réclamons de la part du gouvernement, à 90%, une entrée par les indemnités», Hamidou Diédhiou, Secrétaire général du Sels 

0
423

Le gouvernement rencontre pour la deuxième fois, en l’espace d’une semaine, les organisations syndicales du système éducatif en vue de trouver un consensus pour un apaisement de l’espace scolaire fortement perturbé par des grèves. Cette rencontre très attendue aura lieu ce samedi 19 février. Dans cet entretien, le secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels), Hamidou Diédhiou se dit optimiste pour une solution de sortie de crise de l’école. Toutefois, il prône l’entrée par les indemnités afin de donner à l’enseignant le statut qu’il devrait, selon lui, avoir depuis longtemps.

Le G7 rencontre ce samedi le gouvernement pour la deuxième fois consécutive après l’ouverture des négociations. A quoi doit-on s’attendre ?

Je précise que ce samedi, nous rencontrons le gouvernement pour recevoir,  de sa part, la deuxième proposition après la première réunion qui s’est déroulée la semaine dernière. Depuis 2018, les revendications des enseignants sont là. Le protocole est signé entre les deux parties. Les syndicalistes attentent toujours une proposition concrète de la part du gouvernement  sur le système de rémunération et également sur la question  des administrateurs scolaires. Et depuis 2018, c’est la première fois que le gouvernement a accepté de faire des propositions tangibles  sur ces deux questions. Ce samedi, nous allons le rencontrer pour la deuxième fois.

Le gouvernement a fait des propositions lors de la première réunion. Toutefois, vous êtes restés sur votre faim ?

Les propositions ont été faites. Nous,  partie syndicale, avons eu  des contre-propositions  et nous avons estimé que l’offre du gouvernement  était à la limite en deçà  des attentes des revendications syndicales. Nous réclamons de la part du gouvernement, à 90% une entrée par les indemnités. Ce sont sur ces allocations que le gouvernement doit agir  à notre faveur. Il doit  beaucoup les augmenter, parce que pour la plupart, ce sont des indemnités qui datent de très longtemps. Si on prend l’indemnité de résidence, celle d’enseignement, de classe spéciale et toutes autres, sont là depuis longtemps et ont été rattrapées par le  cours de la vie.  Par conséquent, il faut ramener les indemnités à la hausse.

Pourquoi alors avez-vous maintenu votre plan d’actions avec des séances de débrayage et grèves ?

Il y a eu un semblant  de propositions de la part de gouvernement qui a été fait. Nous avons dit qu’il faut agir sur cette indemnité. Nous avons estimé qu’il y a eu deux indemnités qui ont été omises. Ce qui devait par conséquent être intégré  dans les propositions. Nous avons aussi estimé que ce que le gouvernement a proposé  par moment et pour la plupart,  est insignifiant. Insignifiant au regard de la forte  demande, insignifiant par le fait  que pour nous, la philosophie, le principe doit être  la correction  totale de ces injustices des agents de la fonction publique.

Au-delà des indemnités, il y a la question de la défiscalisation sur le salaire ?

Pour nous, le gouvernement doit aller dans le sens défiscaliser les salaires.  Le caractère de cette fiscalité sur nos revenus est lourd et va dans le sens de tirer les salaires vers le bas. Il faut que l’Etat y travaille afin que le salaire ne soit non seulement dégarni, mais aussi puisse permettre à l’enseignant de vivre décemment de son gain. Donc fondamentalement, il s’agit d’entrée par les indemnités, de les augmenter d’abord et de les défiscaliser  pour certains. L’approche que nous avons eue, c’est cette proposition que nous avons faite au gouvernement. Nous attendons  que la date de ce samedi puisse être historique, qu’il soit le jour où le gouvernement du Sénégal aura choisi  pour que de manière historique,  nous puissions arriver à réviser ce qu’il y a aujourd’hui et à corriger les disparités, les inégalités  et les injustices que nous notons  dans ce système de rémunération des agents de la fonction publique.

Quelle est votre position par rapport à la hiérarchisation des indemnités de logement ?

L’indemnité de logement doit être augmentée, défiscalisée. On ne doit pas commettre cette erreur selon laquelle, il faut la hiérarchiser. Nous sommes contre, nous syndicat du G7 qui regroupe le Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels), le (Sels) authentique,  le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (Saemss), le Cadre unitaire des enseignants du moyen secondaire (Cusems), l’Union démocratique des enseignants du Sénégal (Uden), le Syndicat National des Enseignants en Langue arabe du Sénégal (Snelas/Fc) et le Syndicat des inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale (Siens). Il faut se dire  que cette indemnité de logement  a une histoire. Elle était préalablement accordée aux enseignants de l’élémentaire  par le défunt Président Léopold Senghor, qui pour lui, l’enseignant de l’élémentaire  fait 80% de sa tâche à la maison. Cette indemnité a par conséquent  un fondement pédagogique.

Le deuxième aspect, quand on parle de loyer, il n’est pas modulé, il ne connait pas de hiérarchie, et le troisième, on ne peut pas parler de correction  et apporter une autre incorrection  à cette indemnité en parlant de hiérarchisation. C’est pourquoi pour nous, au niveau de l’élémentaire, cette indemnité ne doit pas  du tout être l’objet de hiérarchisation. Nous sommes contre et nous nous opposerons  à toute tentative.

Les revendications syndicales sont récurrentes mais la qualité d’enseignement laisse à désirer ?

Nous sommes de ceux qui pensent que l’Etat  a fait des efforts relativement  aux financements de l’éducation. Cependant, comparés  à ce que l’éducation représente pour  notre pays, aux attentes de l’Etat  dans ce domaine, nous considérons qu’ils sont insignifiants. Ce qui doit être investi dans le système si c’est fait, doit permettre  d’arriver dans le panier de l’écolier lamda par un enseignement de qualité.

Que répondez-vous aux parents d’élèves qui demandent aux enseignants d’observer une trêve après les premières propositions de l’Etat ?

Nous les comprenons ainsi que  leur demande. Les parents d’élèves n’ont pas fait par moment le rôle que nous attendions d’eux. Pour nous, en tant que parents d’élèves,  nous devons travailler à être à équidistants entre le gouvernement et les organisations syndicales. On ne doit pas faire dans ce parti pris. On ne doit pas être partial. Quand on doit trancher, il faut dire la vérité.  L’association des parents d’élèves, ce qu’elle devait demander, c’est d’aller dans le sens de la mise en œuvre des  accords. Il ne s’agit pas  de revendications mais plutôt de respect des accords. Nous ne sommes pas contre la suspension du mot d’ordre. Nous, syndicat, nous n’avons que l’école qui est inscrite dans nos prérogatives. Il nous faut nous aussi, se battre  pour une école publique sénégalaise de  qualité parce que, pour nous,  c’est cette école-là qui doit assurer  l’équité des citoyens sénégalais, le fils du pauvre et du riche à se mouvoir. Si l’Etat travaille à corriger ces injustices, nous allons aussi le faire, à ce que l’enseignant  soit motivé dans la tâche  quotidienne de classe. Nous attendons aussi que les parents d’élèves puissent porter  les revendications chaque fois que de besoin se fait sentir et à temps réel.

Quelle est votre réaction face à la perturbation de l’école privée par les élèves du public ?

L’Etat doit prendre ces responsabilités. Il a le devoir régalien  de protéger ces établissements. L’école publique sénégalaise  a sa place dans la société tout comme l’enseignement privé. Ce dernier vient en appoint, en accompagnement mais au complément du système éducatif sénégalais. Par conséquent,  il doit avoir un dispositif d’accompagnement  et de protection  de ces écoles-là. Il faut aussi que les parents travaillent  à encadrer leurs enfants. En amont, nous devons  les mettre sur les rangs de l’enseignement à l’école, le respect des valeurs, de l’enseignement au civisme afin que chacun puisse comprendre que dans ce pays,  il ne sert à rien de casser, de perturber. Je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il faut à chaque grève, aller déloger les écoles privés. En définitif, le privé n’a rien à avoir dans cette affaire de la perturbation de l’école publique.

Quelle est votre position pour cette deuxième rencontre avec le gouvernement ?

C’est une position d’optimisme. Nous espérons  que nos appels ont été suffisamment entendus, que le gouvernement arrivera à faire des propositions à la taille des attentes des organisations  syndicales. Ce sont des propositions qui vont corroborer  le statut de l’enseignant  qu’il devrait avoir au Sénégal. Ce sont des propositions qui rassurent, assurent  et qui  mettent en confiance l’ensemble  des parties en conflit  pour que l’école sénégalaise retrouve  sa quiétude,  retrouve sa stabilité.

Recueillis par Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.