Projet de loi de finance initiale pour l’année 2024 : le budget projeté à 7000 milliards de francs Cfa

0
782

Le Ministre des Finances et du budget Mamadou Moustapha Ba  a annoncé que le budget 2024  est projeté à 7000 milliards Fca. Il faisait face aux députés hier, lundi 26 juin, lors du débat d’orientation budgétaire. Il a annoncé aussi une prévision de croissance économique projetée à 12,4%.

Le budget 2024 devrait atteindre un chiffre record de plus de 7000 milliards FCFA. L’annonce a été faite hier,  lundi 26 juin, par  le ministre des Finances et du budget, Mamadou Moustapha Ba. Il s’exprimait lors du débat d’orientation budgétaire à l’Assemblée nationale. Il a annoncé une prévision de croissance économique projetée à 12,4% ; une bonne progression des recettes fiscales, en hausse de 23% ; une augmentation de 113 milliards de FCFA des dépenses de personnel; un déficit budgétaire contenu à 3,9% du PIB. Comparé à la Loi de finance initiale (Lfi) 2023, ‘’le projet de Lfi 2024 devrait connaître une hausse de plus de 586 milliards FCFA en valeur absolue et 9,1% en valeur relative’’, a dit le ministre. Il a relevé ‘’un quasi triplement’’ en 12 ans du budget  initial 2012, qui était d’un montant de 2 344,8 milliards FCFA. Selon l’argentier de l’Etat,  cette performance a été rendue possible notamment par la mobilisation satisfaisante des recettes internes qui sera amplifiée par la mise en œuvre de la Stratégie de Recettes à Moyen Terme (SRMT) fondée sur la modernisation des administrations fiscales, grâce à une digitalisation accrue, à l’amélioration du recouvrement, à une meilleure maitrise du portefeuille de contribuables et à une formalisation progressive des activités, entre autres. A cela s’ajoutent la rationalisation régulière des dépenses courantes, à travers la réduction du train de vie de l’État (gel et résiliation de toutes les conventions de location de bâtiments à usage de logement, diminution drastique de la facture de téléphone de l’État, suspension de toute commande ou acquisition de véhicules, etc.) et l’amplification des dépenses d’investissements. Selon lui, de manière très concrète, le prochain triennat ambitionne  de renforcer la prise en charge des questions axées sur le désenclavement, l’équité territoriale, l’amélioration du cadre de vie, le renforcement du dispositif de sécurité sociale universelle, la promotion de la condition féminine.

UN PROGRAMME DE 1150 MILLIARDS FCFA EXAMINE PAR LE FMI  

Dans la foulée, le ministre des Finances et du budget  a annoncé également  que le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) était en train d’étudier un nouveau programme du Sénégal devant mobiliser 1150 milliards FCFA.  « Au moment où se déroule cette session, et c’est une très heureuse coïncidence, le dossier du Sénégal est en train d’être examiné par le Conseil d’administration du FMI, pour la conclusion d’un nouveau programme articulé autour de 4 piliers », a-t-il fait part Il s’agit, dit-il, du renforcement de la gestion des finances publiques ; du renforcement de la gouvernance financière et de la transparence ; de la réalisation d’une économie plus résiliente et inclusive et du renforcement de la résilience aux changements climatiques. Il signale que l’un des enjeux de ce programme est la possibilité pour le Sénégal de mobiliser ces ressources à des coûts très favorables, sans incidence sur son endettement, pour la couverture des déficits des budgets de 2023, 2024, 2025, dans un contexte de resserrement des crédits sur les marchés. Selon lui, l’accord conclu avec le FMI traduit, si besoin était encore, la confiance dont jouit notre pays auprès de la communauté financière internationale.

NDEYE AMINATA  CISSE

 

Leave a reply