Quelle liberté voulons-nous ? ( Par Abdoul Aziz DIOP)

0
381

Oui à la réprobation générale de la barbarie à l’Assemblée nationale ! Oui aussi à la réflexion sur la liberté de chacun…et de tous.

Introduction

La philosophie allemande gratifia, à travers les hautes figures de Kant (1724-1804) et de Hegel (1770-1831), l’Europe et le reste du monde d’abstractions susceptibles d’éclairer toute sentence qui tient vraiment compte des grandes mutations intervenues depuis la parution, en 1821, des Lignes fondamentales de la philosophie du droit de Hegel, un quart de siècle après la publication des Premiers principes métaphysiques de la doctrine du droit de Kant.

Liberté limitée

Depuis lors, nous admettons presque tous que notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. Nous croyons même avoir clos tout débat sur le sujet en soutenant cela. La ritournelle qui en résulte correspond en réalité à la définition kantienne du droit qui ne serait rien d’autre que ce qui permet la coexistence de la liberté de chacun avec celle des autres. C’est qu’il y a chez Kant le souci de la morale qui ne permet d’agir que selon une « loi universelle ». La limite à la liberté de l’individu est illustrative de la philosophie (kantienne) du droit qui est une philosophie de la liberté limitée.

Liberté réalisée

Dans sa philosophie du droit, Hegel parle, lui, de trois moments. Le premier moment hégélien de la philosophie du droit règle les rapports entre des personnes morales représentées par des personnes physiques adossées à un « droit abstrait ». A cet instant précis, la morale fait valoir la conscience en vertu du « droit supérieur de la subjectivité ». Hegel désigne par « moralité subjective », le second moment, opposé au premier, de sa philosophie du droit. Hegel traite enfin d’un troisième moment dans sa théorie du droit. Il s’agit de la « moralité objective » qui reconnaît l’individu comme membre d’une société politique. Par société politique il faut comprendre ici l’État en tant que « réalité de l’Idée morale ». L’État s’impose alors à tous comme une puissance supérieure qui doit sa force au fait que les hommes se reconnaissent en lui. La politique n’est plus qu’une morale appliquée, mais la vraie morale elle-même.  La philosophie hégélienne du droit rompt alors avec la philosophie kantienne de la liberté limitée de l’individu pour une philosophie de laliberté réalisée capable de produire un monde dans lequel la vie politique nationale trouve toute sa place.

Conclusion

Peut-être existe-t-il un rapport entre ce qui est dit plus haut et la barbarie au cœur de l’Hémicycle de la Place Soweto et qui fait que chaque député de l’Assemblée nationale compte pour ne plus songer à limiter la liberté d’un(e) député(e) dans l’optique d’une liberté réalisée à travers le débat d’idées contradictoire abrité par tous les audiovisuels (public et privé) et toutes les institutions de la République.

Abdoul Aziz DIOP

SEN APR

Conseiller spécial à la Présidence de la République

 

Leave a reply