Rencontre État-partis politiques sur la caution aux législatives : Antoine Diome face au défi d’un consensus

0
359

Dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions des articles L. 175 et R.80 du Code électoral, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Felix Abdoulaye Diome, rencontre en ce jour du vendredi 25 février les représentants des partis politiques en vue d’échanger avec eux sur le montant de la caution pour les prochaines législatives.

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Felix Abdoulaye Diome, rencontre en ce jour du vendredi 25 février les représentants des partis politiques en vue d’échanger avec eux sur le montant de la caution à retenir pour les prochaines élections législatives du 31 juillet prochain. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions des articles L. 175 et R.80 du Code électoral. En effet, celles-ci précisent pour ce qui concerne l’article L. 175 : « Au plus tard cent cinquante jours avant celui du scrutin, un arrêté du ministre de l’Intérieur chargé des élections fixe le montant de la caution qui doit être versée à la Caisse de dépôt et de consignation par le mandataire d’un parti politique légalement constitué, d’une coalition de partis politiques légalement constituée ou d’une entité regroupant des personnes indépendantes ayant présenté une déclaration de candidature ».

Prévue à l’hôtel Ngor Diarama, cette rencontre, deuxième du genre, tenue sous la présidence du ministre Antoine Felix Abdoulaye Diome après celle consacrée aux échanges sur le montant du cautionnement pour les élections locales du 23 janvier dernier, risque de ne pas du tout être une partie du plaisir pour ce dernier. Et pour cause, ce montant a toujours divisé les acteurs politiques. Majorité, opposition et Non-alignés, chacun mettait en avant sa propre proposition. D’ailleurs, s’exprimant en prélude à cette rencontre, le coordonnateur du pôle des Non-alignés, Déthié Faye, a d’ores et déjà pris les devants pour proposer une baisse du montant des quinze millions retenu lors des législatives de 2017 à cinq millions FCFA. Pour justifier sa position, Déthié Faye a évoqué l’existence d’un engagement citoyen qui, selon lui, va constituer un second filtre pour empêcher une floraison de listes comme en 2017.

De leurs côtés, les pôles de la majorité et de l’opposition n’ont pas encore divulgué le montant de leur proposition. En 2017, Benoit Sambou, chargé des élections pour l’APR et ses camarades avaient préconisé que ce montant soit entre 15 et 20 millions pour, disaient-ils, « que la proposition ne soit pas excessive mais aussi pour qu’elle ne soit pas fantaisiste». Finalement, c’est le montant de 15 millions de francs Cfa qui a été choisi par l’ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo.

NANDO CABRAL GOMIS 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :