Renforcement de l’industrie pharmaceutique africaine : La BAD décaisse près de 1,8 milliard

0
198

La Banque africaine de développement (Bad) a décaissé un financement de près 1 milliard 800 millions de FCFA pour le renforcement de l’industrie pharmaceutique africaine, a fait savoir, samedi dernier, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina dans le cadre d’une visite de travail qu’il a effectuée à Dakar les 26, 27, 28, et 29 janvier.  

Le retard de l’Afrique dans le développement de son industrie pharmaceutique n’agrée pas le président du Groupe de la Banque africaine de développement, qui l’a déploré samedi dernier à Dakar en ces mots : « L’Afrique doit avoir la capacité de gérer tout ce qui est lié au covid-19, tout en étant capable de faire des tests, de permettre d’avoir accès aux vaccins, mais aussi et surtout de pouvoir les produire sur place ». En rapport à ce retard, lié au financement, lors d’une visite effectuée samedi dernier, à l’Institut Pasteur, sanctionnée par une conférence de presse, il dira : « La Banque africaine de développement (Bad) a décidé de mettre à la disposition de l’Afrique la somme de 3 milliards de dollars, 1 milliard 765 millions de FCFA pour renforcer l’industrie pharmaceutique africaine ».

En présence du ministre Abdou Karim Fofana, en charge du Plan Sénégal émergent (Pse) et l’Administrateur général adjoint de l’Institut Pasteur de Dakar, Ousmane Faye, le président Adesina fait savoir que « l’inégalité qui existe dans la distribution des vaccins doit être réglée », tout en insistant sur l’énorme retard en termes de couverture vaccinale :

« Ailleurs, les gens parlent de quatrième et de cinquième dose, après avoir pris les trois premières, alors qu’en Afrique on cherche la première ». Pour lui : « Les Africains ne doivent pas être laissés au plus bas de l’échelle concernant les vaccins. Ils ne peuvent pas aussi dépendre toujours d’un système qui produit tout ce qui lié aux vaccins, aux tests et qui est concentré hors de l’Afrique ». 

Relativement à cet énorme écart en termes de production pharmaceutique noté entre le Nord et le Sud, estimé entre « 80 et 95%, l’Afrique continue de trainer les pieds alors qu’il y a plus de maladies en Afrique telles que le Paludisme, le Sida, la Fièvre jaune ou encore Ebola ».

Pour l’économiste agricole : « On devrait avoir la capacité de produire des médicaments pour assurer la santé de la population et ne pas laisser la santé d’1,4 milliard de personnes à la générosité des autres. Ce qui est bon, mais avec le Covid-19, chacun s’est préoccupé de la santé de ses populations ». Convaincu que l’Afrique a fort à faire dans ce domaine, le Nigérian Adesina d’affirmer que « moins de 1% des vaccins sont produits en Afrique ». De son avis pour contrôler l’industrie pharmaceutique, « il faut avoir les capacités techniques, de la matière première, des laboratoires aux standards internationaux mais également soutenir le secteur pharmaceutique africain ».

La Bad soutient l’initiative de production de vaccins de IPD  

Lors de cette conférence de presse, il a annoncé une collaboration entre la banque panafricaine et l’Institut Pasteur de Dakar (Ipd) dans la production de tests rapides, de produits pharmaceutiques pour d’autres maladies et lui permettre de produire des vaccins contre le Covid-19. Au responsable de l’Ipd, il dira : « La Bad est avec vous dans le but de s’assurer que les choses marchent, pour qu’on puisse rendre l’Institut Pasteur soutenable financièrement ».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.