Résilience des systèmes agricoles en Afrique : les plans nationaux d’adaptation en partage

0
669

Les outils de planification et d’adaptation au changement climatique en Afrique ont fait à Dakar hier, mardi, l’objet d’un atelier de partage et de discussion avec les parties prenantes afin de promouvoir leur diffusion à grande échelle.  

L’augmentation des températures moyennes annuelles et des précipitations associée au changement climatique planétaire est alarmante. Et son impact sur les systèmes alimentaires est un état de fait. En réponse à ces menaces, priorité a été donnée aux outils et cadres de planification de l’adaptation susceptibles d’être appliqués au Sénégal et à l’ensemble des pays du continent africain. C’est ce à quoi ont planché hier, mardi 29 août 2023, à Dakar, les parties prenantes sur les outils de planification de l’adaptation au Sénégal. Cet atelier, troisième du genre après ceux du Kenya et de la Zambie donne priorité aux outils, cadres et méthodologies de l’adaptation climatique avec les acteurs au Sénégal afin de promouvoir leur diffusion à grande échelle.

Les effets du changement climatique, lourds de conséquences sur la planète impactent principalement l’agriculture et l’élevage.   Les extrêmes climatiques font peser un risque important sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale et amplifient les menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire mondiale. Et le coût de l’inaction face au changement climatique est déjà immense et ne fera qu’augmenter. Pour autant, l’adaptation au changement climatique joue un rôle essentiel dans la réduction des risques liés au climat, au même titre que l’atténuation et le développement durable. L’identification de stratégies et de réponses pratiques, solides et répondant aux divers intérêts des acteurs nécessite donc une planification minutieuse et flexible. La planification de l’adaptation dans les systèmes humains implique généralement un processus de gestion interactive des risques. Pour réagir efficacement au changement climatique, « il faut à la fois apporter un soulagement immédiat aux événements extrêmes et élaborer des plans à plus long terme qui mettent en adéquation les rôles et les capacités des acteurs avec les échelles et les niveaux appropriés du défi global », a soutenu l’économiste Kelvin M Shikuku.

Pour garantir une programmation efficace et un soutien ciblé, « il est essentiel d’exploiter et de partager les enseignements tirés de l’expérience des pays en matière d’élaboration et de mise en œuvre des plans nationaux d’adaptation » ajoutera-t-il. D’où l’élaboration du « Faciliter la gestion des connaissances pour la planification de l’adaptation en Afrique » qui a pour objectif global d’améliorer la résilience des systèmes agricoles et des moyens de subsistance face au changement climatique grâce à l’utilisation à grande échelle d’outils de planification appropriés à l’adaptation.

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply