Respect de la directive présidentielle portant cumul de fonctions : des ministres à deux semaines pour faire le choix

0
244

Ousmane Sonko, Birame Soulèye Diop, Maïmouna Dièye et Cheikh Tidiane Dièye ont moins de deux semaines pour choisir entre l’application de la directive présidentielle ou l’assurance de la base électorale. Ils vont démissionner des mairies pour conserver leur portefeuille ministériel. Ils n’ont plus que 2 semaines pour se conformer à la directive du Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye.

C’est une directive présidentielle qu’il va falloir respecter. Tous les membres du gouvernement ayant d’autres mandats vont devoir opérer un choix. Ils doivent opter pour la conservation de leur place dans le gouvernement ou rendre le poste de ministre afin de garder leur mairie ou mandat électif. La fonction de ministre et le mandat de député ne pouvant être cumulés, ceux qui sont dans cette situation vont attendre l’ouverture de la session parlementaire pour faire constater leur démission. Et l’Assemblée nationale va s’atteler aux remplacements de Birame Soulèye Diop et Aliou Sall, respectivement nommés ministres du Pétrole et de la Communication. Par contre, la loi n’interdisant pas le cumul des fonctions de maire et de ministre, Ousmane Sonko, Birame Soulèye Diop, Maïmouna Dièye vont devoir faire un choix entre respecter la directive présidentielle ou conserver leurs bases politiques.

Seul Serigne Guèye Diop s’est exécuté

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Serigne Guèye Diop, a, quant à lui, démissionné de la mairie de Sandiara. Il va se consacrer pleinement au département ministériel à lui confié désormais. La mairie de Sandiara a un mois pour lui trouver un remplaçant. Le Conseil municipal va organiser une élection pour choisir parmi les conseillers, le futur maire de Sandiara. «Les démissions des maires et adjoints sont adressées au ministre chargé des Collectivités territoriales par lettre recommandée avec accusé de réception. Elles sont définitives à partir de leur acceptation par le ministre chargé des Collectivités territoriales ou un (1) mois après l’envoi d’une nouvelle lettre recommandée. Jusqu’à l’installation de leurs successeurs, les maires et adjoints démissionnaires continuent d’exercer leurs fonctions à l’exception de celles prévues aux dispositions des articles 99, 121, 135 et 136 du présent code.» C’est ce que stipule le Code général des collectivités territoriales dans son article 133.
C’est ce que le maire de Dakar, Barthélemy Dias, alors élu à Sacré Cœur-Mermoz, avait fait. Il n’avait pas le droit de cumuler les deux mandats de maire. Il a choisi la Ville plutôt que la commune.

Par contre, pour Ousmane Sonko, Maïmouna Dièye et Birame Soulèye Diop, ce n’est nullement la loi qui les contraint à choisir. C’est bien le président de la République. Cheikh Tidiane Dièye est aussi dans la même logique. Vice-président du Conseil départemental de Ziguinchor, il pouvait bien cumuler les deux fonctions s’il n’y avait pas une directive présidentielle.

Désormais, ils ont moins de deux semaines pour faire un choix. Le président de la République avait donné un délai d’un mois, avait annoncé le Premier ministre Ousmane Sonko, le 5 avril dernier, au palais de la République, à l’issue de la publication de la liste nominative des membres du premier gouvernement de l’ère Bassirou Diomaye Diakhar Faye.

Leave a reply