Sédhiou-prévalence et prise en charge des victimes d’avc : une moyenne de 10 cas mensuels avec 50% de décès et sans neurologue

1
571

En ce jour 29 octobre qui célèbre la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC), la prise en charge se pose avec acuité dans la région de Sédhiou. Les services comme la neurologie, la cardiologie et la kinésithérapie ne sont toujours pas fonctionnels ici. Conséquence, la pathologie prend les ascenseurs avec au compteur une moyenne mensuelle de dix décès, selon le médecin urgentiste Dr Magou Thiam.

Les accidents vasculaires cérébraux communément appelés AVC constituent une urgence médicale dans la région de Sédhiou avec une moyenne de dix cas par mois pour un taux de mortalité de 50%. C’est ce qu’a fait savoir Dr Magou Thiam, l’urgentiste du centre hospitalier régional Amadou Tidiane BA de Sédhiou. « En moyenne, nous recevons neuf à dix cas d’AVC par mois au niveau de notre hôpital et

un sur deux décède généralement. Le diagnostic se fait au niveau de la radiologie avec un scanner cérébral qui montre soit des signes d’ischémie qui est un défaut de circulation du sang dû à une obstruction d’un vaisseau du niveau du cerveau ou encore à une hémorragie due à une extravasion du sang » dit-il.

Les causes sont multiples avec notamment des facteurs à risque consécutifs à certaines pathologies chroniques sous-jacentes, indique Dr Thiam : « que ce soit l’AVC ischémique ou hémorragique, nous pouvons citer les affections du cœur, au niveau des vaisseaux du cou. On voit des patients qui portent des affections chroniques telles que les hypertensions artérielles, des diabétiques, des cardiopathies emboligènes. L’AVC peut également survenir chez des personnes qui ne présentaient pas de signes de la pathologie. Il y’a aussi des cas de malformation », dixit Dr Magou Thiam, l’urgentiste de l’hôpital régional de Sédhiou.

La prise en charge des victimes d’accident vasculaire cérébral se fait difficilement à Sédhiou du fait de l’absence de neurologue, de cardiologue et de kinésithérapeute. Toutefois et avec les moyens du bord, Dr Magou Thiam et son équipe s’efforcent à leur apporter les soins primaires : « tous les malades admis à l’hôpital sont reçus au niveau du service d’accueil des urgences jusqu’à leur hospitalisation. Certes l’Etat a consenti d’énormes efforts avec la construction et l’équipement de cet hôpital de niveau 2 mais il reste à parfaire cette bonne volonté de faire de Sédhiou un hup d’attraction des soins de qualité » dit-il avant de poursuivre sur un autre aspect. « La prise en charge à domicile se pose avec acuité aussi en raison des moyens limités. Nous avons de très grandes difficultés dans nos régions comme ici avec des ressources quelque peu limitées. Nous n’avons pas de kinésithérapeute, de cardiologue et de kinésithérapeute mais on arrive à faire ce qu’on peut », a déclaré Dr Thiam sans langue de bois. Enfin et comme conseil pratique, Dr Magou Thiam prescrit l’ordonnance de la pratique des sports adaptés à chaque personne, l’hygiène alimentaire et de consulter bien souvent un médecin.

Moussa DRAME

1 comment

  1. Anonyme 29 octobre, 2022 at 09:59 Répondre

    Où sont les cardiologues et neurologues du Sénégal????
    Aucune intervention en cette journée où ils devraient être en vue .
    Les cancérologues sont de loin, plus humains et plus serviables.

Leave a reply