Sédhiou – Saisie de 60 kgs de chanvre indien dans les forêts de Faoune : Les présumés propriétaires s’attaquent à la Police, le trafic attire des élèves

0
204

Les agents de la Brigade régionale des stupéfiants (BRS) de Sédhiou ont procédé, vendredi dernier 28 janvier, à une saisie de 60 kilogrammes (kgs) de chanvre indien dans les forêts de Faoune, dans le Nord de la région. L’herbe prohibée venait juste d’être récoltée et ses propriétaires présumés ont opposé une résistance aux policiers de la BRS, avant de prendre la clé des champs. Dans cette zone de l’extrême nord de la région de Sédhiou, notamment dans le secteur spécifique de Fogny, des élèves s’adonnent même à la culture du cannabis, en raison de sa prompte rentabilité, pour assouvir les besoins primaires de leur famille, dit-on.

Cette saisie remonte à vendredi dernier, 28 janvier, au soir vers 21 heures, dans les forêts de la Faoune, dans l’Est du département de Bounkiling. Lors de leur mission de reconnaissance, les éléments de la Brigade régionale des stupéfiants de Sédhiou ont mis la main sur 60 kilogrammes de chanvre indien de la variété appelée Fogny et fraichement coupé. Les propriétaires présumés de ce produit prohibé ont tenté d’opposer une résistance aux agents de la Police des stupéfiants, en les attaquant à coup de manchette. Mais, ils ont fini par prendre la fuite.

Sur le chemin du retour, à bord des motos pour rejoindre leur véhicule dissimulé quelque part pour les besoins de la fouille et des planques, les éléments de la Brigade régionale des stupéfiants ont rencontré un groupe d’hommes venus les attaquer à nouveau. Ils ont dû faire usage de leurs armes. Les tirs de sommation leur ont permis de se dégager des lieux et de sécuriser la drogue ainsi saisie.

A signaler, enfin, que dans cette partie nord de la région de Sédhiou, frontalière à la Gambie, la culture de cannabis se fait à grande échelle, à la faveur notamment de l’insécurité et d’une faible couverture sécuritaire, selon les populations. Certes, la proportion a quelque peu baissé, suite aux récentes opérations de sécurisation de l’Armée. Mais, par endroit, dans la zone du Fogny, des élèves abandonnent même les classes pour se mettre au service des cultivateurs de cannabis, a-t-on également appris de sources bien renseignées.

Moussa DRAME

Comments are closed.