Uemoa-souveraineté monétaire : le PM Sonko pour la poursuite du processus

0
409

Le Président de la Commission de l’Union économique et monétaire, Abdoulaye Diop en visite officielle à Dakar, samedi dernier, a échangé avec le Premier ministre du Sénégal, Ousmane Sonko sur la question de la souveraineté.

Le Premier ministre du Sénégal, Ousmane Sonko et le Président de la commission de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa), Abdoulaye Diop ont eu un échange nécessaire et prometteur samedi dernier autour entre autres sujets la monnaie, la croissance, les ressources naturelles et la souveraineté économique.  Une visite du président de la commission de l’Uemoa qui se veut une occasion pour féliciter et remercier les nouvelles autorités Sénégalaises. Deuxième grande puissance économique de l’Uemoa derrière la Côte d’Ivoire, la voie du Sénégal sur la croissance, la mobilisation de ressources intérieures et la monnaie justifie amplement cette visite du président de la Commission de l’Union auprès des nouvelles autorités sénégalaises. « C’est un plaisir pour nous (le président Bassirou Diomaye Faye et moi) de retrouver notre ancien patron et ministre du Budget sous Abdoulaye Wade, il y a un peu plus de 15 ans. L’échange a été très enrichissant sur notamment la question monétaire qui a fait objet de réflexions depuis plusieurs années déjà. Et des décisions importantes ont été prises allant dans le sens de ‘’souverainiser’’ cette monnaie depuis 2018 », a dit le Pm. Et de poursuivre : « nous avons toujours pensé que nous sommes dans un ensemble qui a ses atouts et qui a fait des preuves de vitalité économique ». Mais, « à qui profite tout cela?, s’est interrogé le Pm. Et « c’est pourquoi, il est important pour nous de poser ce débat avec la délégation du président de la Commission de l’Uemoa pour débattre des vrais enjeux de notre ensemble », a expliqué le Pm du Sénégal.

L’ancien ministre du budget du Sénégal et actuel président de la Commission de l’Uemoa, Abdoulaye Diop, dira pour sa part qu’il était « important d’échanger » avec les nouvelles autorités pour « comprendre au mieux leur vision » et également échanger sur « leurs préoccupations » aux fins de les prendre plus convenablement en charge dans nos missions de cet espace communautaire. Il est ressorti de cet entretien, une volonté réelle de répondre au besoin des populations d’avoir une croissance économique plus forte et qui impacte davantage les populations et une mobilisation plus importante des ressources internes.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply