Sénégal-Balance des services: Une détérioration de 751,2 milliards en 2020

0
129

Dans un contexte marqué par le développement des projets pétroliers et gaziers et les impacts négatifs de la crise sanitaire sur le secteur touristique, la balance des services est ressortie à -1.017,2 milliards en 2020, en détérioration de 751,2 milliards comparativement à son niveau de l’année précédente. Cette évolution est attribuable à la dégradation des postes “autres services” (-665,4 Mds contre -13,2 Mds), induite par le relèvement des importations de services nécessaires au développement des projets pétroliers et gaziers, en particulier les services de Recherche et Développement (-551,7 Mds contre -114,4 Mds), “construction” (-153,3 Mds contre +20,2 Mds), et “voyages” (41,8 Mds contre 200,3 Mds).

Néanmoins, il convient de souligner que la crise sanitaire a entraîné une atténuation de 59,4 Mds du déficit du poste “transports”, en relation avec la contraction des dépenses effectuées par les résidents à l’endroit des compagnies aériennes étrangères.

Transports

Le déficit au titre des services de transport s’est inscrit en baisse, passant de -453,1 milliards en 2019 à -393,6 milliards en 2020, soit une amélioration de 59,4 Mds attribuable à l’atténuation des déficits des transports aériens et du fret. Ces évolutions résultent respectivement de la fermeture des frontières aériennes, intervenue sur les premiers mois de l’année 2020, et du léger recul des importations de marchandises.

Voyages

Le poste “voyage” a été particulièrement affecté par les mesures restrictives prises par les différents Etats pour contenir la propagation de la pandémie Covid-19. Ainsi, l’excédent du poste s’est inscrit en recul pour les voyages de tourisme, tandis que ceux à vocation professionnelle ont augmenté. Les mesures de restriction à la mobilité ont entraîné un fléchissement des recettes de 372,9 milliards comparativement à l’année précédente.

Autres services

Au cours de la période sous revue, le solde du compte des “autres services” est ressorti déficitaire à -665,3 milliards contre -13,2 milliards en 2019. La dégradation du déficit est imputable essentiellement aux dépenses au titre des autres services (534,5 milliards contre 78,9 milliards) effectuées par les promoteurs dans le cadre de la phase de développement des projets pétroliers et gaziers. Cette évolution a été confortée par une progression de 173,6 milliards des paiements de services destinés aux travaux de construction desdits projets. En revanche, le solde du compte des services de télécommunications et celui des biens et services des administrations publiques se sont inscrits en retrait respectivement de 25,1 milliards et 4,4 milliards. Le déficit du compte des services d’assurance et de retraite s’est, pour sa part, atténué de 7,5 Mds en variation annuelle.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :