Souveraineté alimentaire- selon le Pr Amadou Guiro : « Il faut augmenter de manière considérable les moyens alloués à l’agriculture »

0
675

La cérémonie de lancement de l’association Espace populaire d’échange de Dakar a eu lieu le samedi 20 mai 2023, à Dakar. Prononçant le discours inaugural de la cérémonie dont le thème a porté sur la souveraineté alimentaire, le professeur Amadou Tidiane Guiro, président de ladite association, a soutenu que pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, il faut obligatoirement renforcer les moyens alloués au secteur de l’agriculture.

La nouvelle association dénommée Espace populaire d’échange de Dakar (Eped) a procédé à son lancement, le samedi 20 mai dernier, à Dakar. Le thème de la leçon inaugurale a porté sur l’autosuffisance alimentaire. Selon le professeur Amadou Tidiane Guiro, président de la nouvelle association, pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, il faut un renforcement des moyens alloués au secteur de l’agriculture. « Il faut investir dans l’agriculture. Des efforts sont faits, mais nous estimons que c’est insuffisant. Les organisations paysannes demandent à ce qu’on leur octroie 10¨% du budget. Et donc, pour être en adéquation avec les recommandations, il faut augmenter de manière considérable, les moyens alloués à l’agriculture », a déclaré l’ancien Recteur de l’université du Sine-Saloum. Pour ce dernier, les moyens alloués à l’agriculture doivent arriver directement aux acteurs qui en ont véritablement besoin afin que l’on puisse assurer les besoins alimentaires du pays, notamment céréaliers, à partir du riz, du mil, du fonio et du maïs. M. Guiro estime aussi qu’il faut promouvoir une agriculture qui repose sur une industrialisation et valoriser les transformations faites par les femmes. Le professeur de classe exceptionnelle invite également l’Etat à appuyer les organisations paysannes et la recherche.  « Il ne peut pas y avoir d’autosuffisance alimentaire, si on ne renforce pas de manière très significative, les moyens des institutions de recherche tels que l’ITA, l’ISRA et les universités en général. Parce que le développement de l’agriculture doit s’accompagner d’innovations », a-t-il affirmé.

Revenant sur les objectifs de leur nouvelle association (Eped), M. Guiro a expliqué que, après avoir été interpelés à maintes reprises par des personnes dans le besoin d’être formées, lui et ses camarades ont jugé nécessaire de mettre en place la structure, pour mettre leur savoir et connaissances, à la disposition des masses populaires. Autrement dit, sortir les connaissances du cadre universitaire, pour les mettre à la disposition des populations, particulièrement des jeunes. 

 BABACAR NGOM (STAGIAIRE)

Leave a reply