«Toute l’opposition ne peut pas se retrouver dans un seul cadre»

0
263
L’annonce de la mise en place d’une coalition regroupant des formations politiques telles que le Pastef d’Ousmane Sonko, le Parti démocratique sénégalais (Pds) du président Abdoulaye Wade, le Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall et le Parti de l’Unité et du rassemblement (Pur) du marabout-politicien Serigne Moustapha Sy a remis au goût du jour le débat sur l’impossible unité de l’opposition. Interpellé par la rédaction de Sud quotidien, Momar Diongue, journaliste analyste politique estimant que cette coalition en gestation est une preuve que ses initiateurs ont retenu la leçon de la dislocation de la coalition Mankoo taxawu senegal à la veille des législatives de 2017, a cependant justifié la difficulté qu’éprouve l’opposition actuelle à s’unir par une absence en son sein de leadership incontesté et incontestable et le climat de suspicions qu’il y a à sein.
 
«Je crois que l’opposition a retenu les leçons de ce qui s’était passé en 2017 avec la sabotage de Manko alors que tout laisser croire que l’opposition allait se retrouver au sein de cette grande coalition pour faire face au pouvoir lors des élections législatives de cette année-là. Mais, il y a eu des querelles au niveau de la tête de liste : certains avaient proposé Abdoulaye Wade symboliquement comme tête de liste, d’autres avaient pensé, du fait qu’il était encore dans les liens de la détention, Khalifa Ababacar Sall incarnait ce symbole. Donc, il y a eu des divergences telles que finalement, Manko s’est éclatée : Khalifa Ababacar Sall est partie à ces élections avec sa coalition et le Pds avec sa coalition. Je pense que ce projet de cette nouvelle coalition en gestation est à la preuve que les responsables de ces formations politiques concernées par cette entente ont retenu la leçon, ils savent qu’aux élections locales, il va falloir y aller en rang serré mais sans doute, on attendait à un bloc beaucoup plus large que les quatre ou cinq composants de cette nouvelle coalition ».

La position de leader de Wade et les Assises nationales, comme facteurs favorisant l’unité de l’opposition sous Diouf et Wade

«Personnellement, je crois qu’il ne faut pas se faire d’illusions. Toute l’opposition ne peut pas se retrouver dans un seul cadre. Jamais, cela ne sera possible. L’essentiel est que les forces les plus représentatives de cette opposition se retrouvent dans une coalition comme cela a été le cas dans ce bloc en gestation. J’en profite d’ailleurs pour rappeler à l’endroit de ceux qui reprochent à l’actuelle opposition d’être incapable de s’unir dans une coalition comme au temps du président Abdou Diouf ou Abdoulaye Wade que le contexte n’est pas pareil. Sous la présidence d’Abdou Diouf, Wade incarnait la figure de leader incontesté et incontestable de l’opposition et c’est pour cette raison d’ailleurs, que les responsables des partis de gauche à l’époque, n’avaient hésité à parrainer sa candidature alors qu’il est en retraite à Versailles. La position de leader de Wade avait rendu facile cette démarche qui a abouti à l’alternance de 2000. Sous la présidence de Wade lui-même, l’opposition est allée aussi majoritairement en bloc après avoir évidement passé par les Assises nationales. Lesquelles, Assises ont favorisé la mise su pied dans un premier temps de la coalition Front siggil Sénégal puis Benno siggil Sénégal qui a regroupé l’essentiel des formations politiques partis prenants des assises et c’est ce qui a permis à cette opposition d’alors de prendre plusieurs grandes villes des mains du pouvoir en 2009 avant de parachever leur victoire en 2012 lors de la présidentielle».

« …Sous Macky Sall, l’opposition est constamment infiltrée par… »

C’est sous la présidence de Macky Sall qu’il y a particulièrement la difficulté de l’opposition à être ensemble. Cela est lié au fait que, contrairement à l’époque de Diouf, il n’y a pas un leader de la trempe de Me Abdoulaye Wade dont le leadership est incontesté et incontestable et qui peut fédérer autour de lui toutes les forces. C’est vrai qu’on me dira qu’Ousmane Sonko a le vent en poupe et c’est aussi vrai qu’il est arrivé troisième lors de la dernière élection présidentielle mais, il y a encore au sein de la classe politique beaucoup qui refusent à admettre son leadership. Ce refus pourrait être lié à un complexe de longévité politique pour certains qui pensent du fait des années passées en politique, ils ne peuvent pas accepter d’être à la remorque du leader de Pastef. D’autres, parce qu’ils ont eu à occuper de hautes fonctions publiques, je pense notamment à certains responsables du Congrès de renaissance démocratique (Crd) dont Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall, Mamadou Lamine Diallo qui estiment qu’ils ont eu des profils qui ne les autorisent pas à être des wagons à la remorque d’Ousmane Sonko. C’est tout cela qui explique la difficulté de l’opposition à se retrouver ensemble particulièrement sous Macky Sall. A cela, il faut également ajouter, cette impression que sous Macky Sall, l’opposition est constamment infiltrée par certaines de ses composantes qui dit et revendique leur appartenance à cette opposition mais qui sont toujours en phase avec la président Macky Sall et sa majorité. Ce qui crée une atmosphère de suspicions qui fait que l’opposition a du mal à faire bloc. Donc, la difficulté actuelle de l’opposition à s’unir s’explique par l’absence en son sein de leadership incontesté et incontestable et du climat de suspicions qu’il y a à sein».

Recueillis par Nando Cabral GOMIS

Leave a reply