Thiès : un sit-in des travailleurs membres du SUTSAS pour fustiger les mesures du nouveau médecin-chef de district

0
1283

(APS) – La sous-section SUTSAS du centre de santé Mamadou-Bathily de Thiès (ouest) a tenu un sit-in mardi, le quatrième depuis le 21 novembre, pour fustiger des mesures prises par le nouveau médecin-chef du district sanitaire.

Des infirmiers, des techniciens de laboratoire, des sages-femmes, des matrones, des agents de santé communautaires et des chauffeurs affiliés au SUTSAS ont cessé toute activité jusqu’à 14 heures, pour se regrouper dans l’enceinte du centre de santé.

Tout est parti d’une note du nouveau médecin-chef du district sanitaire de Thiès nommant le superviseur de l’éducation pour la santé, sans passer par la commission de redéploiement, qui est censée étudier les candidatures et choisir le meilleur profil.

‘’Lorsqu’on protestait contre cette note-là, il en a sorti d’autres’’, toutes considérées comme ‘’illégales’’, a raconté Massamba Gaye, le secrétaire chargé des revendications de la sous-section SUTSAS du centre de santé Mamadou-Bathily.

Il a décidé de supprimer le ticket du petit-déjeuner au restaurant et d’interdire aux sages-femmes de délivrer un certificat de repos médical, en plus d’avoir demandé aux agents non diplômés des postes de santé de cesser toute activité, a ajouté M. Gaye.

‘’Nous ne cherchons pas la confrontation, nous voulons travailler dans la paix, chacun dans son poste de santé ou dans son centre de santé, pour que les indicateurs puissent rester au vert’’, a-t-il poursuivi.

Hormis l’unique séance de négociation que le syndicat a eue avec le nouveau médecin-chef, tous les autres appels et messages du secrétaire général de la sous-section du SUTSAS cherchant à le rencontrer sont restés sans suite, selon Massamba Gaye.

Cette situation, combinée aux autres mots d’ordre nationaux de grève, perturbe le fonctionnement des établissements de santé, a signalé Mamadou Lamine Niang, le secrétaire général de la sous-section SUTSAS. Selon lui, le syndicat poursuivra la rétention des informations issues des postes de santé.

Selon les syndicalistes, les visites de courtoisie que le nouveau médecin-chef a voulu rendre aux postes de santé n’ont pu avoir lieu, face au refus des responsables de ces structures de le recevoir, avant qu’il ne rencontre le syndicat.

Les syndicalistes ont dit ne pas comprendre l’absence de réaction du préfet et du médecin-chef qui ont été saisis de la question. Jusqu’ici, ‘’aucune médiation’’ n’a eu lieu, a signalé M. Niang.

‘’La vérité est de mon côté’’

Joint par téléphone, le médecin-chef du district sanitaire de Thiès, le docteur Amadou Mbaye Diouf, a dit s’interroger sur la réaction du syndicat, qui survient à peu près un mois après son arrivée à la tête de cette subdivision de la carte sanitaire. Il soutient qu’il lui revient de nommer un membre de l’équipe-cadre du district. La pratique qui était précédemment en vigueur ne saurait tenir lieu de ‘’règlement’’, a-t-il tenu à préciser.

M. Diouf affirme, concernant la restauration, que le district a créé une commission incluant tous les chefs de service, le comité de développement sanitaire (CDS) et le médecin-chef adjoint, qui réfléchissent sur la question à travers des commissions.

‘’Je voulais leur faire savoir que ce qu’ils demandent va coûter trop cher au CDS, et ce n’est même pas une dépense éligible’’, a commenté le médecin-chef.

Selon lui, la revendication du syndicat consiste à ce que chaque agent bénéficiaire donne 12.000 francs CFA et que le comité le subventionne à hauteur 24.000.

‘’Quel service de l’Etat avez-vous vu donner le petit-déjeuner à ses agents ?’’ s’est-il demandé, ajoutant que cette pratique ‘’coûte plus de 2 millions de francs CFA par mois’’ à l’établissement de santé.

Le déjeuner et le petit-déjeuner coûtaient 27 millions pour toute l’année, a-t-il ajouté, relevant un problème d’‘’équité’’, puisque seuls ‘’56 sur plus de 166 agents’’ mangent au restaurant. Et ce sont des fonctionnaires qui ‘’ont de bons salaires et des primes de motivation’’.

‘’Pendant ce temps, il y a des choses à régler dans la structure de santé’’, dit-il.

Concernant la délivrance de certificats de repos médical par les sages-femmes, il argue qu’en tant qu’agents paramédicaux, les sages-femmes ne sont pas autorisées par la loi à délivrer de tels documents.

‘’La vérité est de mon côté et je continuerai à travailler’’, a soutenu Amadou Mbaye Diouf, ajoutant avoir entamé sa tournée des postes de santé. Le médecin-chef a dit s’être rendu dans 28 des 36 postes de santé du district, où il a été ‘’bien reçu’’, ‘’sauf dans cinq’’ d’entre eux.

Leave a reply