Vague d’arrestations des militants de Pastef et des activistes : le pouvoir durcit le rouleau compresseur

0
835

Le pouvoir en place accentue sa traque aux voix discordantes lancée contre des activistes et les militants de Pastef en perspective de la prochaine présidentielle. La journée d’hier, jeudi 23 mars, a été ainsi marquée par l’inculpation de l’activiste Abdou Karim Guèye dit Karim Xrum Xax et son ami d’infortune, Pr Cheikh Oumar Diagne, et plusieurs autres partisans du maire de Ziguinchor dont son collègue maire de Keur Massar Sud, Mouhamed Bilal Diatta.

Le rouleau compresseur du régime en place lancé, il y a quelques jours, pour écraser définitivement les dernières lignes de résistance de l’opposition sénégalaise incarnée, aujourd’hui, par le parti Pastef et certains activistes avant la prochaine élection présidentielle, continue sa marche désastreuse malgré les différentes mises en garde de responsables d’organisation de droits de l’homme. Dans les Commissariats de Police et des Brigades de Gendarmerie nationale, le ballet des nouveaux «délinquants de la République» continue de plus belle entre les bureaux des Officiers de police judiciaire (OPJ), des juges d’instructions et les prisons. Hier, jeudi 23 mars, l’activiste Abdou Karim Guèye dit Karim Xrum Xax et le professeur Cheikh Oumar Diagne ont été renvoyés en prison alors qu’ils venaient de bénéficier, il y a tout juste deux mois et 14 jours, d’une liberté provisoire obtenue le 10 janvier dernier après 4 mois environ de détention préventive pour « diffusion de fausses nouvelles » suite à leurs propos sur la mort de l’Imam Alioune Badara Ndao. Placés en garde à vue le dimanche 19 mars dernier, par la Division des investigations criminelles (Dic) sur des propos qu’ils ont tenus lors de leur conférence de presse organisée avec Dame Mbodj et Clédor Séne, le samedi 18 mars dernier, au cours de laquelle ils ont dénoncé les dérives du pouvoir en place, le Pr Cheikh Oumar Diagne et Karim Xrum Xax ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt par le doyen des juges, Oumar Maham Diallo, pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Outre l’activiste Karim Xrum Xax et son ami d’infortune, Pr Cheikh Oumar Diagne par ailleurs candidat déclaré à la prochaine présidentielle de 2024, plusieurs responsables du parti Pastef du maire de Ziguinchor, Ousmane Sonko, ont été également envoyés en prison dans la journée d’hier si on se réfère aux informations partagées par Me Cheikh Koureyssi Ba sur sa page Facebook. Il s’agit entre autres, de Mame Binta Djiba, professeur de français, Pascaline Diatta, traiteur, Aïssatou Sané du préscolaire, arrêtées le mercredi 15 mars dernier. Mais aussi du maire de Keur Massar Sud, Mouhamed Bilal Diatta, inculpé pour atteinte à la Sûreté de l’État. Toujours dans cette liste des militants de Pastef traqués, figure le chargé de communication du Pastef, El Hadj Malick Ndiaye. Placé en garde à vue le mercredi 22 mars dernier, par la Sureté urbaine, il a bénéficié d’un retour de parquet et doit être à nouveau présenté au procureur pour « diffusion de fausses nouvelles de nature à jeter le discrédit sur le fonctionnement des institutions ».

A l’intérieur du pays, Oumar Thiam, membre du Pastef à Thiès a été également inculpé et placé sous mandat de dépôt pour « appel à l’insurrection et destruction de biens appartenant à autrui » tandis que deux de ses camarades de parti, Abdou Mbodj Sène et Bamba Fall, plus chanceux, ont été placés sous contrôle judiciaire. Il faut dire que depuis le début de ce mois de mars, la machine judiciaire lancée par les autorités aux trousses des militants et responsables du parti Pastef qui, selon moult observateurs de la scène politique sénégalaise, incarne aujourd’hui avec son leader, Ousmane Sonko, la vraie opposition, a déjà fait plusieurs victimes. Des sources proches de cette formation politique fondée en 2014 par Ousmane Sonko font état de plus de 450 militants et responsables arrêtés et traduits en justice. Avec cette vague d’arrestations, le régime en place semble plus que jamais décidé à faire le vide autour du leader de Pastef avant son audience prévue le 30 mars prochain devant le tribunal correctionnel dans l’affaire de diffamation l’opposant au ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply