Ziguinchor : un film documentaire sur le pillage des ressources projeté à Boffa

0
191

(APS) – “Aakimo”, un film documentaire portant sur le pillage des ressources naturelles, a été projeté lundi soir à Boffa, un village de la commune de Boutoupa-Camaracounda, dans le département de Ziguinchor (sud), une initiative visant à sensibiliser la population sur la préservation de la forêt.

“Aakimo” (s’accaparer en lange nationale wolof) est un film réalisé en 2022 par Nicolas Van Ingen, dans le cadre de la coopération entre l’Océanium Dakar, un club de plongée sous-marine, et la Fondation Konrad Adenauer.

D’une durée de près d’une heure, il est axé sur trois thématiques, à savoir la forêt (coupe des arbres), l’exploitation illicite de l’or et la surpêche.

Sa projection, à l’initiative de la Fondation Konrad Adenaueur, a été suivie d’un débat citoyen animé par le journaliste Ibrahima Gassama, promoteur d’une nouvelle station de radio dénommée “Number One” et basée à Ziguinchor.

Le président du conseil régional de la jeunesse de Ziguinchor, Mamadou Talibé Diallo, a assisté à la projection du film, de même que plusieurs chefs de villages de la zone, ainsi qu’un important public.

“Ce format qui s’appelle médiapalabre est un format de l’association Océanium. L’idée c’est de lier les thématiques environnementales avec les thématiques de la sécurité et du cadre de vie des populations”, a expliqué la représentante de la Fondation Konrad Adenauer, Caroline Hauptmann.

Mme Hauptmann a fait observer que l’environnement est une source économique mais sa surexploitation peut poser problème du point de vue de l’équilibre e la nature.

“Ce film interpelle la population sur son rôle pour la gestion de l’environnement. Le Sénégal perd chaque année plusieurs hectares de ses forêts. Ce film va éveiller la population sur l’importance des ressources naturelles”, a soutenu Mouhameth Lamine Manga, enseignant chercheur à l’université Assane Seck de Ziguinchor.

“Nous avons un grand plaisir de voir tourner ce film dans notre village. C’est une leçon pour montrer que couper la forêt ne favorise pas le développement dans la zone”, a salué le chef de village de Boffa, Edouard Dasylva.

Le 6 janvier 2018, 14 coupeurs de bois avaient été tués dans la forêt classée de Boffa Bayotte, non loin de la frontière avec la Guinée-Bissau.

Selon la gendarmerie, les victimes, dont 7 blessés, seraient tombés dans une embuscade à laquelle trois personnes ont échappé.

Leave a reply