L’OMS lance une campagne de lutte contre la méningite bactérienne

0
665

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les pays africains à accélérer la mise en œuvre d’une nouvelle feuille de route, lancée jeudi, afin d’enrayer les épidémies de méningite bactérienne sur le continent d’ici 2030.

La méningite est une inflammation dangereuse des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière, principalement causée par des infections bactériennes ou virales. Elle se propage généralement par des gouttelettes en suspension dans l’air, par les voies respiratoires, et les patients peuvent souffrir d’une série de symptômes permanents, dont la paralysie et la surdité.

Cette maladie mortelle a fait des ravages en Afrique subsaharienne. En 1996, une épidémie a infecté plus de 250 000 personnes et en a tué plus de 25 000 en l’espace de quelques mois. Les enfants de moins de cinq ans constituent le groupe le plus vulnérable, représentant environ la moitié des infections et des décès dus à la méningite.

Depuis le lancement d’une campagne de vaccination contre la méningite du groupe A en décembre 2010, les épidémies ont été largement maîtrisées sur le continent. Cependant, une résurgence de la méningite s’est produite après que COVID-19 ait frappé le continent et submergé les systèmes de santé nationaux.

La pandémie de COVID-19 a retardé les campagnes de vaccination ciblant plus de 50 millions d’enfants africains, ce qui augmente le risque que ces progrès soient annulés, a déclaré Matshidiso Rebecca Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

« Des flambées majeures causées par la méningite du groupe C ont été enregistrées dans sept des pays africains subsahariens de la ceinture de la méningite au cours des neuf dernières années. La plus récente a été une flambée de quatre mois en République démocratique du Congo, qui a fait plus de 200 victimes l’année dernière », a-t-elle déclaré. 

Mme Moeti a exhorté les pays africains à accélérer la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route, qui exige que les pays renforcent le diagnostic, la surveillance, les soins et la vaccination afin d’éliminer les épidémies, de réduire de moitié les taux d’infection et de 70 % les taux de mortalité.

Selon les estimations de l’OMS, si la feuille de route est pleinement mise en œuvre, elle permettra de sauver plus de 140 000 vies chaque année sur le continent et de réduire considérablement les incapacités.

Africanews

Leave a reply