22ème Édition de la Fiara : l’État engage la bataille de la souveraineté et de la sécurité alimentaire

0
156

Les ministères de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche en compagnie de leurs partenaires dont le conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), ont procédé mardi dernier 11 mai 2022, à la cérémonie de lancement de la 22ème édition de la foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA) prévue du 26 mai au 20 juin 2022. Axéee sur la souveraineté et la sécurité alimentaire, cette édition dont le nombre de participants avoisine le millier, constitue une phase illustrative dans la démarche de résorber la dépendance du Sénégal et de l’Afrique envers l’extérieur. Ainsi, le directeur du FIARA en appelle au chef de l’Etat, actuel président en exercice de l’Union Africaine de contribuer avec ses paires de la CEDEAO à la facilitation de l’accès dans le pays des participants.

Le choix du thème de cette édition de la FIARA tire sa «pertinence» du contexte post Covid-19 et géopolitique actuel dans lequel est plongé le monde. En effet, ces évènements malencontreux ont démontré la fragilité de l’économie des pays africains et de leur extrême dépendance envers les exportations. D’où l’idée de promouvoir par l’entremise de cette foire, la production et la consommation locale. De ce fait, les autorités sénégalaises ont décidé de faire bloc avec leurs partenaires (CNCR, ASPRODEB, COSEC, Banque Agricole, PUDC, CCIAD…) afin de mener cette politique de la «fourche à la fourchette» qui tend vers une réduction drastique des importations et donc à l’indépendance alimentaire.

La traduction concrète d’une telle ambition passe, selon le directeur général de la FIARA, Pape Abdou Fall, par la sensibilisation des citoyens sur l’importance de soutenir les producteurs locaux mais aussi qu’ils bénéficient d’un accompagnement de la part du gouvernement, dans la production, la transformation et la commercialisation de leurs produits.

Pour ce faire, il faudra au préalable «la construction et/ou le renforcement des infrastructures agricoles, la création de filières agricoles susceptibles de réduire la dépendance, réfléchir sur des stratégies dans le but d’amoindrir les importations notamment celle du blé», a-t-il expliqué. L’une des autres préoccupations de cette foire, c’est de faire en sorte que les agriculteurs et éleveurs du pays et de la sous-région, accèdent aux mécanismes de financement de leurs activités à travers la délivrance de bourses agricoles mais également, la mise en œuvre d’un marché virtuel pour obtenir plus de visibilité.

De plus, les différents responsables de l’industrie alimentaire sénégalaise ont exprimé leur intention de mettre en place un pacte dénommé «un producteur, un hectare» pour ainsi booster la culture céréalière (mil, maïs, blé, sorgho) en vue de se prémunir des chocs alimentaires qui secouent le monde. Pour ce qui est du domaine de la transformation des produits maritimes, des innovations de taille sont en lice pour cette foire, assure le représentant du ministère des pêches qui s’appesantit sur la place de ce secteur clé dans l’industrie alimentaire représentant 80% du volume des exportations, 70 % des protéines animales et 3,5 % du PIB national.

Ceci étant dit, les enjeux que regroupe cette édition prochaine de la FIARA sont immenses, en témoigne la «démultiplication du nombre de participants (environ 1000)», affirme le directeur M. Fall qui, par ailleurs, lance un appel double au président de la République. Premièrement, d’honorer de sa présence à l’ouverture de la foire pour mieux rebondir sur la thématique de la sécurité alimentaire ; deuxièmement plaider pour une baisse des coûts du transport ainsi que  la levée des restrictions avec le Mali en sa qualité de président de l’Union africaine afin de simplifier l’entrée dans le pays.

KHADIDIATOU MENDY (STAGIAIRE)

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :