Rébellion de Wagner: les mercenaires se replient, le «régime antiterroriste» maintenu à Moscou

0
806

Après le revirement spectaculaire d’Evgueni Prigojine samedi soir, on assiste progressivement à un retour à la normale à Moscou, comme à Rostov-sur-le Don. Comme annoncé par le chef de Wagner, les mercenaires ont donc renoncé à leur coup de force et ont accepté de se replier dans leurs bases. 

Samedi soir, ils avaient déjà quitté le QG militaire et la ville de Rostov-sur-le-Don, proche de la frontière avec l’Ukraine. Leur départ, de nuit et avec des blindés et des véhicules du groupe paramilitaire, s’est fait sous les acclamations de plusieurs dizaines d’habitants de la ville venus saluer les rebelles.

Il y a donc bien un retour à la normale après 24 heures d’une situation totalement incroyable, à ceci près que le régime d’opération antiterroriste a été maintenu ce dimanche 25 juin dans la région de Moscou, et comme l’a noté une journaliste de l’AFP, d’importantes patrouilles de police étaient déployées au sud de Moscou, le long de la route menant à la capitale russe.

Où se trouve Evguéni Prigojine ?

Sait-on où se trouve actuellement Evguéni Prigojine ? Et quel va être le sort réservé au chef de Wagner ? Voici les grandes questions qui se posent ce dimanche 25 juin, au lendemain de cette rébellion avortée. Pour l’instant, aucun élément factuel ne permet d’y répondre. La dernière image du patron des mercenaires remonte à son départ de Rostov samedi soir.

Sur une vidéo, on peut apercevoir le chef de Wagner saluer la foule depuis son véhicule tout terrain. Selon le porte-parole du Kremlin, Evguéni Prigojine doit se rendre en Biélorussie. Mais cette information n’a été confirmée, ni par le principal intéressé, ni par Alexandre Loukachenko, le président biélorusse, qui a servi, sinon de négociateur, en tout cas d’intermédiaire, entre le lui et les autorités russes.

Quelle suite pour les hommes de Wagner ?

Désormais, l’avenir de l’armée privée est plus que jamais en suspens. Les combattants du groupe Wagner encore présents en Ukraine doivent être incorporés à l’armée régulière d’ici le 1er juillet. Quant aux 11 000 mercenaires qui ont pris la route de Moscou, s’ils ont obtenu l’amnistie, personne ne sait ce qu’ils vont devenir. Les hommes de Wagner se retirent, certes, de la Russie mais on ne connait pas leur destination.

Un ancien général britannique, Richard Dannatt, met en garde l’état-major ukrainien. Si les combattants paramilitaires devaient suivre en grand nombre leur chef Evguéni Prigojine en Biélorussie, une attaque de Wagner depuis ce pays voisin de l’Ukraine ne serait pas à exclure.

Désormais, les regards se tournent aussi vers l’Afrique. Il semble évident que le Kremlin va reprendre la main sur Wagner, présent militairement au Mali, en Centrafrique et au Soudan. Vladimir Poutine sera-t-il tenté d’y envoyer les auteurs du coup de force devenu trop encombrant en Russie ?

Wagner, qui existe par et pour Evguéni Prigojine, survivra-t-elle ? Enfin, l’image d’un président russe humilié et affaibli n’aura pas échappé à ses alliés africains. Ils doivent s’interroger sur la solidité de leur partenariat avec Moscou, bien que l’histoire ne soit pas finie et qu’il faille toujours se méfier d’une bête blessée.

Rfi.fr

Leave a reply