Aar Sénégal brule l’arrêté de Antoine et met les « 7 Sages » devant leurs responsabilités

0
322
arrestation-de-deputes-de-lopposition-aar-senegal-saisit-moustapha-niasse-pour-larret-des-poursuites

La recevabilité partielle des listes de Yewwi Askan Wi et de Benno Bokk Yakaar pour les élections législatives du 31 juillet 2022, par arrêté du ministre de l’Intérieur, du 30 mai 2022, est simplement incompréhensible. C’est du moins la position de la coalition Aar Sénégal qui trouve que les listes nationales pour les élections législatives sont composées de titulaires et de suppléants, et ne sont pas dissociables.

« AAR Sénégal constate que les deux listes nationales de Benno et de YAW sont déclarées partiellement irrecevables.
Le ministère de l’intérieur s’est réservé le droit de dissocier les titulaires des suppléants sur la base d’une interprétation erronée de la nature des listes. La liste nationale pour les élections législatives au Sénégal est composée de titulaires et de suppléants qui ne sont ni détachables ni dissociables. Il s’agit d’une liste unique, indivisible, solidaire et juridiquement homogène. Elle ne peut pas faire l’objet d’une recevabilité partielle. L’arrêté du ministre viole manifestement les dispositions de l’article L154 du code électoral.

Déplorant ainsi une « carence » de Antoine Félix Abdoulaye Diome qui ne faciliterait pas « l’usage des voies de droit ouvertes aux intéressés et biaise le processus électoral », Thierno Alassane Sall et ses camarades ont déploré le chaos noté sur le processus électoral.

« AAR Sénégal regrette ce chaos organisé dans le processus électoral, inédit dans les annales de la démocratie sénégalaise, et qui a privé de nombreuses listes du droit à concourir aux suffrages des Sénégalais, à cause de la loi inique sur le parrainage et des pièges conçus à dessein pour filtrer des candidatures indésirables », peut-on lire sur la note rendue publique dans la soirée.

Thierno Alassane Sall, tête de liste nationale de ladite coalition et ses camarades n’ont pas manqué de mettre « le Conseil constitutionnel face à ses responsabilités et espère qu’il se limitera à dire le droit, rien que le droit, mais tout le droit, en dehors de considérations politiciennes et partisanes, aujourd’hui et demain« .

J M D

Leave a reply