Adama Mbengue, président de l’Ong action pour les droits humains et l’amitié (Adha) : «Les Sénégalais attendent aussi que le parquet les édifie par rapport au cas des jeunes manifestants tués»

0
938

Le Président de l’ONG Action pour les droits humains et l’amitié (Adha), Adama Mbengue, juge que le Procureur général est bien dans son rôle d’informer les citoyens sur des dossiers judiciaires. Il regrette toutefois la divulgation d’informations personnelles de justiciables. Adama Mbengue souhaite aussi l’ouverture d’enquêtes sur d’autres faits qui méritent d’être éclairés, comme la mort des manifestants. 

«Le Procureur général est dans son rôle. Il est le maître des poursuites, il représente la société. Il est tout à fait normal, et c’est à la limite même un devoir, d’informer la population qu’il représente. Cependant, ce devoir ne doit pas l’amener à entrer dans le fond d’un dossier pendant devant la justice ou bien de donner publiquement des informations qui enfreindraient un secret professionnel ou une vie privée. Tout comme le Procureur de la République s’autosaisit pour défendre la société quand il y a violation de règles pénales, il peut aussi faire de même quand il s’agit de donner des informations aux Sénégalais qu’il représente et surtout quand ces informations peuvent jouer un rôle crucial dans l’apaisement du climat social qui est déjà tendu.

Le Procureur général est bel et bien dans son rôle de sortir et d’éclairer la lanterne des Sénégalais, mais ce devoir d’information est encadré de sorte qu’il ne puisse, en principe, sortir publiquement des éléments de fond du dossier. Les Sénégalais attendent aussi que le Parquet les édifie par rapport au cas des jeunes manifestants tués, dont le plus récent est Mamadou Korka Ba, atteint d’une balle à Bignona, le cas Dame Mbodji, victime de tentative d’assassinat, selon lui, les 14 morts de mars 2021, etc.

En ce qui concerne l’opposition, la manifestation est un droit constitutionnel soumis au régime de la déclaration. Cependant, si toutes les conditions ne sont pas réunies, la marche peut être interdite. Nous sommes tous tenus de nous y conformer… Conformément à notre devoir de veille et d’alerte, ADHA lance un appel pour un dialogue sincère et ouvert à tous les acteurs politiques (opposition comme pouvoir), aux vénérables guides religieux et chefs coutumiers qui sont des incontournables régulateurs sociaux dont nous saluons les actes ayant abouti à l’apaisement des évènements de mars 2021, pour une ouverture et un calme pour le Sénégal qui mérite mieux que ces moments d’incertitudes que traverse le pays de la ‘’Teranga’’».

Fatou NDIAYE

Leave a reply