Agression à mort d’un enseignant à Ndiaffate : la Cnept appelle les acteurs à la non-violence

0
1769

Suite au décès d’un enseignant avant-hier, mardi 3 janvier, des suite des coups et blessures reçus  à Ndiaffate, la Cnept, dans un communiqué daté d’hier, mercredi 4 janvier 2023, «dit stop à ces comportements malheureux qui n’honorent pas l’école sénégalaise avec zéro violence ».  Selon la Coalition nationale pour l’éducation pour tous du Sénégal (Cnept), qui est aussi membre de la Consultation collective des Ong de l’Unesco, «la  violence exercée  de  façon ignoble  devient de plus en plus récurrente  au sein des enseignants et  la dernière en date se trouve  être l’enseignant Bassirou Mbaye, en service à l’école  Théophile Turpin de Ndiaffate, sauvagement  tué».

La Cnept condamne avec la dernière énergie ces violences en milieu scolaire et  demande au Gouvernement qui définit et met en œuvre les politiques publiques de mieux sécuriser les enseignants  et aussi sanctionner de la manière la plus ferme les auteurs de ces actes. «Pour endiguer  ce fléau qui commence à gangrener la bonne marche de la vie scolaire et universitaire, nous proposons de mener  des actions de grande envergure de sensibilisation et de plaidoyer sur toute l’étendue du territoire national», a suggéré les camarades de Silèye  Gorbal  Sy, président du Comité exécutif national de la Cnept.

Et de lancer un appel à tous les acteurs du système éducatif, à savoir les Inspecteurs d’Académie, les Syndicats d’Enseignants, les Associations des  Parents d’Elèves, les élèves, les  étudiants, les Collectivités territoriales, les Asc, la Presse, entre autres, pour une implication inclusive  pour la que la non-violence à l’école et l’université, au-delà d’un simple slogan, devienne une réalité. Dejà, la  Cnept a eu à initier plusieurs activités notamment des foras sur la prévention et la gestion des crises scolaires et universitaires. Et, sous ce chapitre, en  sa qualité de membre du Comité du dialogue social, secteur de l’éducation, elle a eu aussi à jouer le rôle de facilitation notamment  dans les réunions de monitoring entre le gouvernement du Sénégal et  les syndicats de l’enseignement.

Pour rappel, c’est une dispute qui aurait viré au drame à Ndiaffate, une commune située dans le département de Kaolack. L’enseignant Bassirou Mbaye avait reçu un coup (poignardé selon certaines sources) d’un jeune du village, son «ami» conducteur de moto Jakarta, le 22 décembre dernier. Évacué dans un hôpital, il a été transféré à Dakar, vu son état de santé très critique. Malheureusement, l’enseignant a succombé à ses blessures dans la capitale sénégalaise, le mardi 3 janvier 2023.

Denise ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply