Dakar abrite la troisième édition du Stéréo Africa Festival, à partir de mercredi

0
275

(APS) – La troisième édition du ‘’Stéréo Africa Festival’’ démarre mercredi prochain jusqu’au 12 mai à Dakar, avec pour ambition de promouvoir différents genres musicaux, notamment, ceux de l’Afrique de l’Ouest, a appris l’APS des organisateurs.

”L’objectif de ce festival est de donner une vraie impulsion aux autres genres musicaux, accroitre la visibilité des artistes locaux, renforcer le rayonnement du festival au niveau local et international, consolider la structure du festival et favoriser l’inclusion des femmes”, a déclaré le chanteur et guitariste Sahad Sarr, un des initiateurs et fondateurs du label ‘’Stéréo Africa’’.

”Ici au Sénégal, on voit plus du hip hop et de la musique traditionnelle, il n’y a pas assez d’espace pour les autres types de musique. Alors, un festival comme le nôtre, se propose d’être un terrain pour les artistes exerçant d’autres genres musicaux”, a-t-il fait valoir lors d’une conférence de presse à la Maison de la culture Douta Seck.

L’affiche du festival montre la participation de grandes pointures de la musique sénégalaise et africaine telles que les artistes Omar Pène, Alune Wade, Naty Jean et Sahad Sarr. D’autres artistes musiciens sénégalais et étrangers y prendront part.

Le festival, défini comme celui de ‘’la musique actuelle et alternative’’, selon Sahad Sarr, s’articule autour d’’’une programmation éclectique’’ marquée par des sessions de concours pour les jeunes talents, une mise en exergue des projets culturels locaux et des ”Showcase”.

La formation et l’accompagnement des femmes dans les métiers musicaux à travers la ‘’Women art academy’’ et une table ronde axée sur les enjeux liés à la culture, des boot camps, stands musicaux sont bien figurent dans le programme qui prévoit également une pré-soirée de lancement, samedi prochain à l’institut français de Dakar.

Cette année, plusieurs sites sont retenus pour accueillir les festivaliers. Il s’agit du Centre culturel Douta Seck, du Clos Normand à l’UCAD, etc.

Selon Sahad Sarr, cette manifestation culturelle qui a connu cette année un décalage dû à la crise politique qu’a traversée le pays, est une alternative à divers phénomènes sociaux tels que le chômage des jeunes.

L’évènement a réuni lors de sa deuxième édition quelque 2500 festivaliers à travers 32 concerts dans neuf lieux en cinq jours.

Pour cette édition, les organisateurs espèrent un nombre de participants plus élevé avec l’augmentation des lieux de spectacles.

Leave a reply