Andrea Ori «accule» le Sénégal suite au retard dans l’adoption du Code de l’enfant et du statut des Daaras, réforme du comite Sénégalais des droits de l’homme

0
228

L’adoption du Code de l’enfant et de la loi sur le Statut des «daaras» est d’une impérieuse nécessité. Le Sénégal doit aussi réformer son Comité des droits de l’homme. C’est la conviction du Représentant résidant du Haut-Commissariat des Nations Unis aux droits de l’homme, Andrea Ori. Il a fait la requête hier, jeudi 25 novembre, lors d’un atelier sur la Protection transfrontalière des Droits des enfants victimes de trafic à des fins d’exploitation économique et sociale, organisé par la Direction de l’Education surveillée et la Protection sociale (Desps) du ministère de la Justice.

Par Fatou NDIAYE

Le Représentant résidant du Haut-Commissariat des Nations Unis aux droits de l’homme, Andrea Ori, plaide pour que le Code de l’enfant et la loi sur le Statut des «daaras» soit adoptés. Mieux, le Comité sénégalais des droits de l’homme doit être réformé, selon lui. Il s’exprimait hier, jeudi 25 novembre 2021, lors d’un atelier sur la Protection transfrontalière des Droits des enfants victimes de trafic à des fins d’exploitation économique et sociale, organisé par la Direction de l’Education surveillée et la Protection sociale du ministère de la Justice. Parlant de ce qu’il qualifie de choix politique et non une injonction de sa part, Andrea Ori a dit que le Sénégal est le seul pays en Afrique de l’Ouest à n’avoir pas un Code de l’enfant. Et il importe, dès lors, qu’il se conforme à la législation, avant la présidentielle de 2024.  

La loi portant Statut des daaras doit être aussi adoptée car, juge-t-il, «l’Etat, en sa qualité de garant de l’ordre public, doit se doter de cette loi afin qu’il puisse avoir les moyens de faire des inspections et de voir le cadre de l’exerce des enseignements dans ces écoles». Il s’agira aussi, à son avis, de donner aux enfants qui fréquentent ces écoles les mêmes chances que ceux des établissements aux enseignements à base du français.

La réforme du Comité sénégalais des droits de l’homme est également une nécessité absolue, trouve Andrea Ori.  «Le Comité sénégalais des droits de l’homme est depuis une dizaine d’années déclassé au Statu B, par le Secrétariat international qui gère l’accréditation de tous les mécanismes nationaux. Il importe au Sénégal de rehausser ce mécanisme au niveau A, dans lequel certaines procédures sont demandées comme la question de l’indépendance administrative et financière du comité, une plus large autonomie et le fait qu’il ne reçoit aucun ordre venant de l’exécutif. Il doit avoir une complète indépendance et être capable de faire des enquêtes sur des allégations de violations de droits de l’homme».

Le Représentant du système des Nations Unies juge que l’émergence tant chantée ne doit pas s’évaluer seulement aux kilomètres de routes construites ou encore sur les infrastructures réalisées, mais les droits humains doivent être pris en compte. Le Sénégal va assurer, prochainement, la présidence de l’Union africaine (UA). Il faut donc, dit-il, que son engagement pour les droits humains soit plus que des mots, mais des actes à poser.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.