Assemblée nationale : la majorité de Benno en danger

0
1839

Le divorce consommé entre le Président Macky Sall et le patron de Rewmi Idrissa Seck risque de mettre sérieusement en danger la majorité toute relative de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar à l’Assemblée nationale. Pour cause, la députée Mariétou Dieng, membre de Rewmi, a décidé de quitter le groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar. Conséquence : de 83 députés, celui-ci est aujourd’hui à 82 députés. Une situation qui rappelle ironiquement l’épisode Mimi Touré.

La majorité parlementaire serait-elle en passe de perdre, du moins provisoirement, sa supériorité toute relative à l’Assemblée nationale ? En tout cas, l’on n’est pas loin de le penser au vu des derniers développements du divorce entre le Président Macky Sall, patron de la majorité, et le patron de Rewmi Idrissa Seck. En effet, la parlementaire Mariétou Dieng, membre de Rewmi, a décidé de quitter le groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar, dans la foulée de la rupture entre son mentor, par ailleurs ex-président du Cese, et le chef de l’Etat. Dans une lettre adressée au Président du groupe parlementaire BBY, Oumar Youm, la député rewmiste présente de fait sa démission de la majorité.  Et de relever dans sa lettre : «  Idrissa Seck, Président du parti Rewmi, mon leader politique vient de déclarer sa candidature à la prochaine élection présidentielle de février 2024 avec comme conséquence immédiate la sortie du parti Rewmi de la coalition BBY. Il est alors logique sur décision de mon parti et de moi-même de me retirer du groupe parlementaire de BBY de cette 14ème législature. Je deviens ainsi une députée non inscrite ». Dans la foulée, la député Mariétou Dieng dira : « Je rappelle à tous qu’en tant que fidèle militante, responsable à Keur Massar, 5ème Vice-Présidente du parti Rewmi, je soutiendrai toutes les décisions de mon parti. Pour les travaux à l’Assemblée Nationale comme ce fut le cas jusqu’à maintenant, mon action sera guidée par une seule boussole: l’intérêt vital du peuple Sénégalais ».

Cette sortie de la parlementaire de Rewmi du groupe Benno BokkYaakaar a pour conséquence immédiate de secouer durement la majorité toute relative de la coalition présidentielle. Pour cause, le Groupe parlementaire BBY qui comptait 83 députés et détenait la majorité absolue parmi les 165 parlementaires de la 14ème législature perd provisoirement le député de plus qui lui assurait cette mainmise sur l’hémicycle. Le choix du parti Rewmi, dirigé par Idrissa Seck, était donc essentiel dans la balance pour le contrôle de la majorité du pouvoir à l’Assemblée nationale. Avec le départ de Mariétou Dieng qui a décidé de démissionner du Groupe parlementaire BBY, la majorité présidentielle se retrouve fragilisée, ce qui pourrait avoir des conséquences à moyen terme, sauf correction, sur la capacité du gouvernement à mettre en œuvre ses réformes. A moins de faire revivre à l’Assemblée nationale le syndrome Mimi Touré ! Pour rappel, un fait similaire avait suscité des débats houleux à l’Assemblée nationale quand Aminata Touré, tête de file nationale de la mouvance présidentielle aux dernières législatives, avait démissionné du groupe Benno Bokk Yaakaar et s’était proclamée députée non-inscrite. De fil en aiguille, l’ancienne Première ministre avait été évincée de l’hémicycle, sur fond de restriction de la Loi constitutionnelle et du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, avant d’être remplacée par la militante de l’Alliance pour la République (Apr) Aïda Sougou en janvier dernier. Ce qui avait permis à la majorité parlementaire Benno Bokk Yaakaar d’imposer sa loi  au Groupe parlementaire Yewwi Askan Wi avec ses 53 députés, comme au Groupe parlementaire Wallu Sénégal fort de 27 députés mais généralement acquis aux positions du pouvoir en place.

M DIENG

Leave a reply