Au Sénégal, des sourds et malentendants inclus dans des classes mixtes

0
204

Mouhamed Sall s’approche du tableau en jetant un coup d’œil et pose une question rapide en langue des signes à un assistant. Il résout ensuite l’exercice sous l’approbation silencieuse de ses camarades de classe, qui font un signe de la main en signe d’appréciation.

Mouhamed Sall et trois autres élèves font partie d’une nouvelle approche dans un petit nombre d’écoles au Sénégal, où les sourds et les malentendants sont assis avec le reste de la classe.

Certains camarades de classe de l’école Apix Guinaw Rails Sud, située dans la banlieue de la capitale, Dakar, ont saisi l’occasion d’apprendre la langue des signes au cours des mois qui ont suivi l’arrivée de M. Sall. La classe est animée et insolente : « Aucun enseignant n’est autorisé dans cette salle », peut-on lire sur un graffiti au-dessus du tableau.

« Je n’ai aucun problème à communiquer avec certains collègues avec lesquels j’étais à l’école primaire », déclare Mouhamed Sall, tandis que sa mère prenait la parole. « Les nouveaux collègues ne connaissent pas la langue des signes, mais nous jouons toujours ensemble. »

« Nous sommes amis, il était donc facile d’apprendre la langue des signes », avance Salane Senghor, un camarade de classe du primaire. « Les nouveaux camarades de classe étaient curieux et se tournaient vers l’assistant pour comprendre ce qu’il disait. »

Instabilité politique

Selon l’agence des Nations unies pour l’enfance, environ 60% des enfants handicapés du Sénégal ne vont pas à l’école. Mais le gouvernement ne dispose pas de données complètes sur la question et ne compte que les enfants officiellement enregistrés comme ayant un handicap.

« Nous attendons du gouvernement qu’il fasse des progrès pour que chaque enfant, quelles que soient ses capacités, ait la possibilité d’apprendre », avance Sara Poehlman, de l’UNICEF Sénégal.

Le Sénégal n’a pas de stratégie nationale pour l’éducation inclusive, mais il est en train d’en élaborer une. L’instabilité politique récente dans ce pays d’Afrique de l’Ouest a entravé les progrès. Les difficultés sont aggravées par la stigmatisation que certains Sénégalais associent aux handicaps. Certains parents cachent leurs enfants et les empêchent de participer à la vie sociale.

Mais les mentalités évoluent. En 2021, l’équipe de football sénégalaise composée de joueurs sourds et malentendants a remporté le premier championnat d’Afrique de football pour ces équipes et a participé au championnat du monde, avec les félicitations du président sénégalais. Lors des dernières élections, l’Association nationale pour la promotion des sourds au Sénégal et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux ont organisé un atelier pour enseigner aux électeurs malentendants plus de 100 termes liés aux élections en langue des signes.

Aujourd’hui, la visibilité est plus grande dans les salles de classe.

Classes mixtes

L’année dernière, l’organisation Humanité et Inclusion a commencé à travailler en partenariat avec le ministère sénégalais de l’Education pour organiser des classes mixtes dans quatre écoles secondaires publiques pratiquant l’éducation inclusive. L’Apix est l’une d’entre elles. Humanité et Inclusion finance l’embauche d’assistants capables de communiquer en langue des signes.

« Nous veillons à ce que tous les enfants soient sur un pied d’égalité, et c’est pourquoi nous créons une classe ou une école inclusive en nous harmonisant avec les élèves entendants », clame Papa Amadou, un assistant.

Mouhamed Sall bénéficie d’un enseignement gratuit, ce qui constitue un avantage considérable dans une région du monde où les frais de scolarité peuvent être une source constante de stress pour les parents. Jusqu’à présent, le Sénégal disposait surtout d’écoles spécialisées pour les enfants handicapés, mais elles étaient souvent privées et coûteuses.

La mère de Mouhamed Sall, Khadija Koundio, a d’abord payé environ 17 dollars par mois pour qu’il fréquente un centre d’activités pour enfants rencontrant des difficultés d’apprentissage dans leur quartier. Il a ensuite pu entrer à l’école primaire grâce au soutien d’un programme similaire d’humanité et d’inclusion créé il y a plusieurs années dans un petit nombre d’écoles pour les élèves plus jeunes.

Omar Diop, superviseur principal à l’Apix, a fait l’éloge du nouveau programme de l’école secondaire, mais a déclaré que les défis continuaient. « C’est la première année pour les enseignants, ce qui pose un problème car les enfants arrivent avec un niveau de langue des signes beaucoup plus élevé », a déclaré M. Diop.

Mamadou Konte, directeur de l’école Apix, souligne la nécessité de renforcer la formation des enseignants. « Nous avons constaté des succès dans notre école, mais ce modèle doit être reproduit à l’échelle nationale ».

Aide financière

Des défis subsistent également pour les élèves et les familles. Koundio, président de l’association des parents d’élèves sourds et malentendants de l’école, confie que certains des camarades de classe de son fils vivaient plus loin et avaient du mal à supporter le coût des trajets.

Mme Poehlman, de l’UNICEF, souligne les initiatives gouvernementales telles que la Carte de l’Égalité, qui fournit une aide financière aux familles afin que les enfants puissent accéder à des écoles spécialisées, mais elle a insisté sur l’importance des programmes mis en œuvre dans les écoles publiques.

Jandira Monteiro, de Humanité et Inclusion, insiste sur la collaboration entre les ministères sénégalais de la Santé et de l’Education afin d’assurer un soutien holistique aux enfants handicapés.

Mouhamed Sall affirme qu’il se sentait accepté par ses pairs. Les enseignants de l’Apix le félicitent pour son intelligence et ses talents artistiques qui lui permettent de réaliser des maquettes de maisons et de bateaux traditionnels appelés pirogues.

Sa mère souhaite qu’il poursuive ses passions, y compris l’art. « Un jour, quand je ne serai plus là, il aura de quoi subvenir à ses besoins », dit-elle.

Africanews

Leave a reply