Bceao–politique monétaire : le principal taux directeur porté à 3,25%

0
680

A compter du 16 septembre prochain, le principal taux directeur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) passera de 3% à 3,25%. Ainsi en a décidé le Comité de politique monétaire de ladite institution émettrice, hier mercredi 6 septembre 2023 au terme de sa 3ème réunion ordinaire.   

La 3ème réunion ordinaire du Comité de politique monétaire (Cpm) de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) s’est tenue hier, mercredi 6 septembre au siège de ladite institution émettrice à l’effet  d’examiner le Rapport sur la politique monétaire sur l’Uemoa. A l’issue de cette réunion, le Cpm a décidé de relever de 25 points de base les taux directeurs de la Banque Centrale, à compter du 16 septembre 2023. Ainsi, le principal taux directeur auquel la Banque Centrale prête ses ressources aux banques passe de 3,00% à 3,25%.

Cette décision selon l’institution émettrice intervient dans un contexte de «montée des incertitudes au niveau régional, de persistance des tensions inflationnistes, de renchérissement des conditions financières sur les marchés internationaux et de moindre mobilisation de ressources extérieures», expliquent les spécialistes de la monnaie. La hausse des taux directeurs vise donc «à anticiper et à contenir l’impact de ces facteurs de risque sur les perspectives macroéconomiques de l’Union».

La hausse de son taux auquel elle prête ses ressources aux banques commerciales opérant dans ses huit États membres s’opère dans un contexte ou l’activité économique au sein de l’Union monétaire ouest africaine (Umoa) a maintenu sa dynamique de progression au deuxième trimestre 2023. Pour l’année 2023, fleurit la Bceao, «la croissance économique est projetée à 5,6%».

Quant au taux d’inflation, en rythme annuel, qui avait atteint «5,8% au premier trimestre 2023 a baissé à 4,0% au deuxième trimestre », note le Cpm. En juillet 2023, le taux d’inflation dans l’Union est ressorti à « 3,4%», relèvent les économistes de la Bceao.

Par ailleurs, les crédits à l’économie ont évolué à un rythme soutenu, enregistrant une progression de «16,2%, en rythme annuel, à fin juin 2023 après 16,6% à fin mars 2023», fait constater le Cpm. Cette bonne orientation permet de soutenir l’activité économique dans l’Union.

Au cours des mois à venir, le Cpm analysant l’évolution des risques qui entourent les perspectives macroéconomiques, prendra, si nécessaire, les mesures idoines pour assurer la stabilité monétaire de la zone.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply