Résurgence des actes de violence en fin de saison : la Ligue pro à l’épreuve des sanctions

0
182

Jets de projectiles, bus caillassés, insultes contre des journalistes, agressions d’encadreurs, la violence a connu un pic depuis un moment dans le football mais aussi sous une autre forme dans la lutte. Le match au sommet entre le Jaraaf et Teungueth FC, le championnat de Ligue 1 ressort les prémisses d’une fin de saison tumultueuse. Une situation qui interpelle encore la Ligue sénégalaise de football professionnelle (LSFP). Au-delà de simples condamnations, elle est attendue sur de fortes mesures permettant d’enrayer ces cas de violences qui entachent en fin de saison.  

Bus caillassés, encadreurs agressés et même mort d’homme après un grand combats de lutte, le sport sénégalais est mal au point. Alors que l’on s’achemine allègrement vers la fin saison, le champion de football a été rattrapé dimanche dernier par les démons de violence qui se sont invités au Stade Municipal de Ngor lors du match opposant le Jaraaf de Dakar a Tengueth Fc caillassés, pour le compte de la 22ème journée de la Ligue 1.

Les incidents ont éclaté à la mi-temps du match alors que le Jaraaf menait au score. La tension sera plus palpable lors que les «Vert et Blanc» ont mis un deuxième but puis un troisième (3-0).

Le manque de fair- play et de sportivité est encore passé par là. Il se traduira naturellement par une violence qui a dégénéré entre les supporters et qui va entrainer d’importants dégâts.

Des vitres cassées des deux équipes, blessures de l’entraîneur adjoint du Jaraaf.   Autant de scénes de violence qui viennent s’ajouter à celles qui ont été déjà enregistrées au mois de mars dernier et dans des circonstances presque identiques au cours de la 18e journée de la Ligue 1.

Cette fois encore c’était le bus Teungueth FC qui a été la cible d’attaque au sortir de sa victoire face à Dakar Sacré cœur au stade Alassane Djigo de Pikine.  Le club rufisquois n’avait pas alors hésité de pointer du doigt des supporters de Pikine  tout en saisissant d’une plainte la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP).

Circonscrite dans le cadre strictement sportif, cette succession d’actes violents trouve sa source sur les enjeux du moment. A quatre encablures de la fin du championnat, la course vers le titre est en train dans une phase cruciale.  Ce qui n’est pas sans mettre le fair play et l’éthique à rude épreuve.

Dans un communiqué rendu public ce lundi, la Ligue Sénégalaise de Football Professionnel (LSFP) s’est contentée de condamner les évènements violents des matchs Jarama FC et Guédiawaye et promet d’examiner les relevés des officiels du match.

Au-delà des appels à la sérénité et à la responsabilité et la préservation de l’image de la discipline, la LSFP est encore mise devant sa responsabilité. Il s’agit sans doute d’aller au-delà du simple renfort des mesures de sécurité, de la délocalisation ou l’absence des supporters en déplacement qui a déjà appliqué au Jaraaf, à Pikine et Guédiawaye.

Il s’agit de corser les sanctions contre les éléments souvent incontrôlés qui agissent au nom des clubs, d’apporter des réponses urgentes pour la survie du foot professionnel.

  Quand la lutte encaisse les coups 

Le football n’a pas le monopole de violence. Véritable phénomène de société, elle n’épargne pas   d’autres  disciplines. Cette violence a atteint, sous des formes diverses, des proportions inquiétantes dans la lutte sénégalaise. Après les cas de vandalisme relevés lors de la saison dernière à l’Arène nationale et entraînant de fortes mesures, une recrudescence a été notée durant cette présente saison. La dernière en date a été le décès du supporter Mamadou Seck après le combat qui a opposé dimanche 5 mai à l’arène nationale Eumeu Sène, vainqueur, à Sa Thiès. Si selon des témoignages, il a été victime d’une agression, le certificat de genre de mort, délivré par le chef de service d’anatomie de l’hôpital Idrissa Pouye de Grand-Yoff, aurait révélé que le jeune a été tué par balle. Si ce drame pose la question de la sécurité autour des stades et arènes, on ne peut s’empêcher de souligner que l’heure tardive du déroulement des grands combats, longtemps déplorée par de nombreux observateurs, reste cependant une des principales sources de violence et même de cas d’agressions.  Comme ce fut le cas lors de dernier combat Eumeu Sène-Sa Thiès qui s’est terminé au-delà de 23 heures à l’Arène nationale.  D’aucuns ne peuvent imputer cette situation qu’aux organisateurs des grande affiches mais surtout au Comité national de gestions (CNG) qui peine à prendre des mesures.

Leave a reply