(Billet) Remettre les ICS dans le jeu !, Par Jean Pierre Malou

0
465

Quoique première industrie dans la production d’engrais phosphatés d’Afrique subsaharienne, et troisième à l’échelle du continent, après sa recapitalisation, les Industries chimiques du Sénégal sont loin de constituer un pilier de l’industrialisation et de la révolution agraire tant attendue au Sénégal.

Rachetées en 2014 alors qu’elles étaient en cessation de paiement par le géant de la chimie Indorama, basé à Singapour, les Industries chimiques du Sénégal (Ics) se sont nettement relancées avec des productions record. Cette recapitalisation a permis de remettre à flot le fleuron de l’industrie sénégalaise qui, après une décennie de déclin, avait quasiment arrêté ses activités et frôlait le dépôt de bilan. Aujourd’hui, cette reprise en main par l’actionnaire majoritaire indien fait des Ics la première industrie dans la production d’engrais phosphatés d’Afrique subsaharienne, et le troisième à l’échelle du continent.

Pour autant, les Industries chimiques du Sénégal sont loin de constituer un pilier de l’industrialisation et de la révolution agraire tant attendue au Sénégal. Cette insuffisance d’approvisionnement du marché local constitue un véritable manque à gagner pour les agriculteurs mais aussi et surtout un frein à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, devenue une sur-priorité des Etats.

Maintenant, plus que jamais, au regard de la conjoncture mondiale due à la pire crise sanitaire mondiale (Covid-19) qui esseule le monde depuis 2020, la guerre Russo-Ukrainienne enclenchée depuis bientôt deux mois, les changements climatiques réels aux conséquences désastreuses sur les productions agricoles, le monde semble vivre les pires moments d’inflation des prix des denrées alimentaires mais aussi et surtout d’indisponibilité de matières premières et de hausse des prix du baril de pétrole entre autres.

A toutes ces difficultés, se pose la pertinence de la nationalisation des Ics ou alors du renforcement de ces capacités de production pour révolutionner notre agriculture et par ricochet développer l’industrie agroalimentaire.

Leave a reply