Cancer des enfants : 200 cas sur 1200 diagnostiqués au Sénégal

0
268

800 à 1200 cas de cancer pédiatrique sont attendus chaque année pour le Sénégal. Selon le ministère de la Santé et de l’action sociale, seuls 200 cas sont répertoriés dans le territoire national. Une information donnée hier, lundi 14 février, par le directeur de la maladie, le docteur Babacar Guèye. Il s’exprimait en prélude à la journée mondiale du cancer de l’enfant qui aura lieu ce mardi.

La communauté internationale célèbre la journée mondiale de la lutte contre les cancers de l’enfant, ce mardi 15 février. Une occasion de faire le plaidoyer de la lutte contre les cancers pédiatriques. Au Sénégal, même si les prévisions annoncent 800 à 1200 par an de nouveaux cas de cancers qui viennent s’ajouter à l’existant, seuls 200 sont répertoriés dans le territoire national, en atteste le ministère de la Santé et de l’action sociale.  

Un chiffre très en deçà de la moyenne.  Selon le directeur de la maladie, le docteur Babacar Guèye, l’activité d’oncologie pédiatrique a été formalisée en 2000 dans le pays avec la création d’une Unité d’Oncologie Pédiatrique (UOP) dans le service de pédiatrie de l’hôpital A Le Dantec.  Ce qui lui fera dire : « de 2000 à 2021, 2877 enfants ont été pris en charge dans cette unité. Les résultats satisfaisants obtenus avec des taux de survie estimé à environ 50% témoignent de la qualité de prise en charge au sein de l’unité de Le Dantec. Je tiens à féliciter les médecins et leurs équipes pour les efforts consentis et l’engagement sans faille ».

Membre du du Groupe Franco-Africain d’oncologie-pédiatrique (GFAOP) en 2000, Dr Guèye a déclaré : « les enfants atteints de cancer ont eu un accès plus facile au diagnostic et au traitement. A cela s’ajoutent la subvention de l’Etat à hauteur de 60% de la chimiothérapie et la disponibilité de la morphine sirop pour soulager la douleur ».

Les cancers de l’enfant n’étant généralement pas évitables, la blouse blanche a estimé que le meilleur moyen d’en améliorer la survie globale est de s’orienter vers un diagnostic précoce suivi d’un traitement efficace. « Les prestataires des districts sanitaires sont en train d’être formés sur le diagnostic précoce des principaux cancers de l’enfant », a-t-il déclaré.  Et de poursuivre : «  dans l’optique d’améliorer la survie globale, le ministère collabore avec l’OMS pour la mise en œuvre de l’initiative mondiale contre le cancer de l’enfant dont l’objectif est de relever le taux de survie d’au moins 60% d’ici 2030. C’est le lieu de remercier l’OMS pour avoir choisi le Sénégal pour mettre en œuvre cette initiative ».

 Revenant sur les défis, Dr Guèye a soulevé le problème de ressources humaines qualifiés et s’est engagé à les accroître  ainsi que des structures de prise en charge comme inscrit dans le plan national de lutte contre le cancer en cours d’élaboration. « D’ailleurs c’est dans ce cadre qu’un centre d’oncologie pédiatrique est en cours de construction à Mbour, et il est prévu la mise en place d’un réseau national de soins en oncologie pédiatrique du Sénégal (RéNOPS) dont le but est de garantir l’équité, la qualité et l’accessibilité des soins » a-t-il soutenu. Et d’exhorter «  les acteurs à renforcer le partenariat pour qu’ensemble, nous puissions relever le défi de la lutte contre le cancer de l’enfant».

Pour rappel,  400 000 cancers sont diagnostiqués chaque année chez les enfants par l’Oms dans le monde. Les cancers de l’enfant représentent 1 à 2% des cancers.

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.