Cedeao, ne tirez pas sur vos compatriotes !

0
456

La CEDEAO aurait décidé de l’usage de la force pour rétablir l’ordre constitutionnel au Niger. Une décision lourde de conséquences pour de multiples raisons.

Ce serait d’abord un précédent dangereux qu’un ensemble de chefs d’Etat de pays africains, dans un élan solidaire, décident de s’attaquer à un pays frère appartenant à la même communauté. Celle-ci n’est pas seulement politique, mais elle est aussi culturelle, cultuelle, ethnique et tant d’autres caractéristiques communes. Bref, il s’agit là d’une communauté que tout réunit au plan sociologique.

Avec la Gambie de Yaya Jammeh, la menace avait été brandie de faire partir ce dernier du pouvoir, après qu’il eût voulu renoncer à le quitter, malgré sa défaite à l’élection présidentielle. Finalement, il dût se résoudre à l’exil, après d’âpres négociations.

Aujourd’hui, les chefs d’Etat de la CEDEAO, avec tout le respect dû à leur rang, ne semblent malheureusement pas prendre toute la mesure de la gravité d’une décision de s’attaquer militairement au Niger.

Sur le plan institutionnel, entendons-nous bien ! Il s’agit d’un pouvoir illégal qu’ils veulent combattre pour rétablir l’ordre constitutionnel.

De ce point de vue, nul ne saurait justifier que le pouvoir soit conquis autrement que par la voie démocratique. Cela dit, en dépit de cette considération d’illégalité et d’illégitimité du pouvoir qui s’est installé à Niamey, ces chefs d’état de la CEDEAO devraient reconsidérer leur processus décisionnel en prenant en compte les conséquences désastreuses que leur option pourrait engendrer à  plusieurs niveaux.

Les populations civiles du Niger sont éprouvées par une pauvreté endémique qui fait que leur pays est l’une des trois nations les plus pauvres du monde. En cas d’intervention militaire, le Niger risque de ne plus avoir la moindre chance de se relever de cette précarité alarmante, pour ne pas dire de cette misère, d’autant qu’il est déjà fortement engagé dans la guerre contre les « djihadistes » au Sahel .

Une telle intervention militaire ne se limitera certainement pas au niveau des pays de la zone de la CEDEAO.

La France et d’autres puissances occidentales qui ont des intérêts à protéger au Niger et dans la sous-région vont s’impliquer à travers divers moyens. Ils l’ont déjà ouvertement annoncé.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces populations qui seront les premières victimes d’une intervention militaire semblent plutôt en phase avec les nouvelles autorités, au regard des manifestations de soutien dont elles ont fait l’objet au lendemain du coup d’état du 26 juillet.

Des manifestations qui ont donné lieu à des scènes d’hostilité, de défiance et de rejet de la France,

considérée comme une des principales sources de la  misère qui les frappe, du fait notamment de l’exploitation de leurs ressources naturelles,  dont elles ne sentent guère les retombées dans leurs conditions de vie. Bref, ce fut l’expression de frustrations longtemps retenues de la part de citoyens révoltés.

Sur le plan géopolitique, les conséquences risquent donc d’être encore plus catastrophiques.

En effet, il n’est pas évident que les peuples de la CEDEAO vont adhérer à cette initiative pour de multiples raisons. Déjà leurs ressortissants vivant au Niger se plaignent et alertent sur le fait qu’une guerre contre le Niger pourrait  entraîner des conséquences fâcheuses dans leur cohabitation pacifique au sein de leur pays d’accueil. Leurs inquiétudes sont d’autant plus fondées que les pays occidentaux qui vont appuyer la CEDEAO ont déjà mis  en place un dispositif pour rapatrier leurs ressortissants. Alors,  ces chefs d’état, vont-ils laisser leurs propres compatriotes être des victimes innocentes en cas de conflit armé ?

Il y a un risque réel d’embrasement de cette région de l’Afrique déjà fortement éprouvée par la  guerre larvée contre les « jihadistes », dont le Niger est l’un des foyers les plus ardents.

L’absence de cohésion au sein des pays membres de la CEDEAO est un facteur aggravant des divisions qu’une éventuelle intervention militaire pourrait  entraîner. En effet, des états comme le Cap-vert, le Mali, le Burkina Faso et la Guinée ont déjà manifesté leur désaccord ou leur réticence à toute intervention militaire contre le Niger. Les trois derniers cités lui ont même exprimé leur solidarité agissante à travers un communiqué commun indiquant  que «toute attaque contre le Niger serait considérée comme une déclaration de guerre contre eux». S’il est vrai que du point de vue des rapports des forces en présence leur menace n’a que peu d’incidence sur leur décision, en revanche au plan psychologique, elle devrait interpeller la conscience des dirigeants de la CEDEAO favorables à l’engagement militaire. Dans la foulée, ces trois pays précités sont même allés jusqu’à menacer de quitter la communauté et de former la leur éventuellement, avec toutes les conséquences que cela pourrait entraîner au plan politique, économique et financier, notamment avec  le retrait éventuel du Mali et du Burkina de la zone franc.

Les partisans de la rupture des pays de la zone monétaire ouest africaine d’avec la tutelle  française, trouveraient ici une bonne opportunité de relancer le débat sur la question.

N’y a-t-il pas encore là un risque de dislocation de la communauté ?

Le Niger attaqué par ses voisins de la CEDEAO, avec le soutien logistique de l’occident, notamment celui de la France et des États-Unis, ne laisserait certainement pas la Russie indifférente de même que la Chine. Le groupe Wagner serait déjà signalé du côté du Mali voisin. Il y a donc là autant de risques d’une internationalisation du conflit et d’un embrasement de toute la zone du Sahel. Face à une telle situation, aucun des pays de la sous-région ne peut s’assurer d’avance qu’il en sortirait indemne.

Enfin, il est fort à craindre que si les mutins de Niamey devaient se rendre à la suite d’une défaite face à la CEDEAO et ses alliés, qu’ils envisagent le pire en faisant du Président Bazoum et de sa famille un bouclier humain, avec toutes les conséquences désastreuses que cela pourrait entraîner.

Prions pour que le Président Bazoum et à sa famille sortent indemnes de cette délicate situation. Des témoignages  le présentent comme un homme d’Etat imbu de valeurs humanistes et profondément attaché à ses relations avec autrui.

Mais au-delà de toutes ces questions géostratégiques , il y a lieu de s’interroger sur la démarche de la CEDEAO qui n’anticipe guère sur les problèmes pouvant engendrer  ces changements de régime non désirés au sein de la communauté.

En effet, on peut bien  se demander où était la CEDEAO, lorsque certains États africains faisaient subir à leur peuple, des «coups d’Etat électoraux» ou violaient délibérément les dispositions de leur constitution.

Où était-elle lorsque des états refusaient impunément d’appliquer les décisions issues de ses instances ?

Hier encore, c’était le Mali. On avait constaté la fermeté agissante, pour dire le moins, avec laquelle la CEDEAO s’était acharnée sur le peuple malien, au point de  lui imposer un embargo, comme pour lui faire payer son «outrecuidance» à vouloir se débarrasser de son ex-président (paix à son âme), à qui il était reproché de nombreux griefs liés à sa gouvernance.

Il y a donc lieu de s’interroger sur l’attitude de la CEDEAO, voire de la communauté internationale qui font du «deux poids deux mesures», par des positionnements largement déterminés par des facteurs aux antipodes des intérêts réels des peuples.

Cette démarche sélective se fonde plus sur les intérêts crypto-personnels de certains chefs d’Etat, sur les enjeux géostratégiques et économiques des occidentaux qui tirent visiblement les ficelles dans l’ombre.

Toutes choses étant égales par ailleurs, qui est-ce qui peut donc expliquer ce silence assourdissant de la CEDEAO, au vu de l’obsession du troisième mandat et les violations des droits humains les plus élémentaires qui se sont soldées par des morts ?

Au demeurant,  comment ne pas déplorer l’attitude de certains médias occidentaux qui se distinguent par une indignation sélective, s’émouvant à peine de la mort par dizaines d’africains qui se battent pour la préservation de leur dignité et le triomphe de la démocratie. Aucune vie n’a plus de valeur qu’une autre. C’est le lieu de condamner sans ambages le manque d’équité dans le traitement de l’information et de respect en toutes circonstances, de l’égale dignité de tous les êtres humains.

La sauvegarde des intérêts occidentaux semble guider dans bien des cas tous ces comportements qui n’honorent pas l’Afrique.

Peu importe le non-respect des règles de bonne gouvernance, dès lors que les intérêts des grands groupes occidentaux, des lobbies de toutes sortes sont préservés.

Peu importe la vie des africains face aux gros enjeux financiers menacés. A fortiori lorsqu’ils trouvent leur soubassement dans la cupidité de certains de nos dirigeants.

Loin de toute attitude fataliste, la situation actuelle nous impose donc aujourd’hui plus que jamais un sursaut d’orgueil, un réveil  hardi de la conscience nationale voire africaine.

Abdoul Aziz Tall

Ancien Ministre

Leave a reply