Démarrage officiel de la 28-ème édition du Fespaco

0
811

(APS) – La 28-ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a officiellement démarré samedi sous la présidence du Premier ministre burkinabé Appolinaire Joachimson Kyelem de Tambélé et son homologue malien Choquel Kokalla Maïga dont le pays est invité d’honneur, a constaté, l’APS.

Le Premier ministre malien se dit ‘’heureux et fier d’être sur la terre libre du Burkina Faso, le pays des hommes intègres’’.  Cette place de pays invité d’honneur attribuée au Mali est ‘’une grande marque d’amitié et de fraternité entre le Burkina Faso et le Mali, un témoignage d’une grande considération’’, a-t-il ajouté remerciant le Burkina Faso pour son geste

Choquel Kokalla Maïga estime que les deux pays sont ‘’des frères liés par l’histoire, la géographie et la culture. confrontés aujourd’hui comme vous le savez à un défi sécuritaire, notre combat pour la paix et la souveraineté demeure la priorité’’.  Son discours a été entrecoupé d’ovations du public venu nombreux.

En répondant positivement à cette invitation à la 28-ème édition du Fespaco, le Mali exprime ‘’une solidarité agissante envers son frère du Burkina Faso, tous deux nourris à la sèvre ancestrale des royaumes ouest africaines ’’, a souligné Choquel Kokalla Maïga.

Le cinéma invité à jouer un rôle avant-gardiste dans le processus de paix

Il estime pour sa part que le thème de cette 28ème édition du Fespaco ‘’Cinémas d’Afrique et culture de la paix’’ appelle à une réflexion profonde dans un contexte géopolitique (…)’’.  ‘’Il est de nature à renforcer notre capacité de résilience, forgé par nos valeurs ancestrales, par notre vécu’’, a dit le Premier ministre malien à la tête d’une forte délégation.

Pour Choquel Kokallo Maïga, ‘’c’est aussi ce une invite aux professionnels du 7e art de poser un regard critique sur le Sahel et ses décrues multiformes afin d’esquisser aux bénéfices des gouvernants et des gouvernés des pistes de solutions durables face à la crise sécuritaire ‘’

Il estime que la culture en général et le cinéma en particulier est le meilleur antidote. ‘’La culture est dans son essence un partage à travers les œuvres cinématographiques a un rôle avant-gardiste à jouer. Car l’art est une lumière qui peut libérer’’, indique-t-il.

‘’La résilience n’est pas un choix, mais une obligation’’ 

Le Premier ministre malien estime que le Mali et le Burkina Faso et d’autres pays sont confrontés aux mêmes défis sécuritaire. ‘’Notre combat pour la liberté, la paix, la dignité et la souveraineté de nos Etats demeure la priorité de nos deux chefs d’état. Nous sommes ensemble au coude a coude face à l’hydre terroriste, alimenté par des entrepreneurs de violence et leurs sponsors étrangers’’, dit-il.

La résilience n’est ni un choix ni une option, mais une obligation et un devoir. Il a convoqué l’historien burkinabé Joseph Ki Zerbo avec sa phrase ‘’Nan laara an Saara’’ (si nous nous couchons, nous mourrons), ajoute M. Maïga.

‘’Nous n’allons pas nous coucher. Nous allons nous tenir debout. Nous allons vaincre le terrorisme. Mais la guerre sera gagnée inéluctablement par le peuple. Les forces armées et de sécurité doivent être la colonne vertébrale d’une nation. Un pays ne peut jamais être défendu par un autre’’, a-t-il conclu.

Leave a reply