Démocratie en Afrique : cas du Sénégal en perspective de la présidentielle 2024 : le Département des Sciences Politiques de l’UGB porte la réflexion

0
313

La démocratie au Sénégal n’est pas en crise mais ce sont plutôt les hommes qui incarnent les institutions démocratiques qui les ont mises en crise. La démocratie est un idéal de gouvernance qui ne peut pas être en crise. C’est la conviction du Dr Papa Fara Diallo, enseignant-chercheur et Chef du Département des Sciences Politiques de l’UFR des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Il s’exprimait avant-hier, samedi 16 décembre à l’occasion de leur journée de réflexion sur le sujet.

L’objectif premier de cette journée de réflexion initiée par les responsables du Département des Sciences Politiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis était de permettre aux universitaires de contribuer à clarifier le débat public sur les questions électorales. Ils ont voulu ainsi anticiper sur la prochaine élection présidentielle. Ce qui explique d’ailleurs le thème qui porte sur « la démocratie en Afrique : le cas du Sénégal dans le contexte de l’élection présidentielle de février 2024 ». Abordant ce sujet, l’enseignant-chercheur en droit à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Dr Papa Fara Diallo par ailleurs Chef du Département Sciences Politiques de l’UFR des Sciences Juridiques et Politiques, a soutenu qu’il ne peut y avoir de démocratie sans pluralisme. Car selon lui, la démocratie n’est pas en crise au Sénégal mais ce sont plutôt les hommes qui incarnent les institutions démocratiques qui ont mis celles-ci en crise. « Ce qu’on a noté depuis quelques années, c’est que la majorité au pouvoir ne laisse aucun espace à l’opposition pour pouvoir s’exprimer. Surtout à la veille des élections, on voit qu’on a utilisé à maintes reprises les leviers de la justice pour empêcher des candidats de participer à l’élection. Je pense à l’affaire Khalifa Ababacar Sall et Karim Wade en 2019 et aujourd’hui c’est Ousmane Sonko qui est dans des démêlés judiciaires. Donc, cela donne une perception négative des citoyens par rapport à l’institution judiciaire. Et l’État de droit s’effondre quand l’État lui-même se soustrait à ses propres règles. Car il y a des décisions de justice qui sont favorables à l’opposant mais que les organes administratifs du pouvoir refusent de respecter », a expliqué le Dr Papa Fara Diallo qui souligne par ailleurs « une forme de captation des institutions judiciaire et administrative par une élite au pouvoir qui n’hésite pas à instrumentaliser ces institutions pour torpiller les stratégies oppositionnelles et pour empêcher la transparence et la sérénité en perspective des élections à venir. » Selon toujours l’enseignant-chercheur à l’UGB de Saint-Louis, « nous sommes dans une ambiance préélectorale extrêmement délétère parce qu’il y a des enjeux énormes liés à la perte du pouvoir pour la majorité mais aussi à l’accession au pouvoir d’une opposition qui promet la reddition des comptes. » « Aujourd’hui, la question que nombre de citoyens se posent, c’est de savoir si le contexte post-électoral sera apaisé parce que le contexte préélectoral est extrêmement délétère. Ce qui laisse planer des doutes sur la régularité du scrutin et la transparence du processus », a-t-il conclu. Plusieurs panels ont marqué cette journée de réflexion sur la démocratie qui a réuni des cadres du monde universitaire notamment des analystes politiques, à savoir le Professeur Maurice Soudieck Dione, le Professeur Babaly Sall, le Dr El Hadji Mamadou Mbaye, le Professeur Ibrahima Sylla, le Dr Alassane Ndao, le Dr Mamadou Salif Sané, le Dr El Hadji Bouré Diouf entre autres.

YVES TENDENG 

Leave a reply