Départ de British Petroleum du champ gazier Yaakar teranga : les intérêts, à la base du divorce

0
412

L’Opérateur Britannique BP s’est désisté de l’exploitation du champ gazier de Yakaar Téranga, situé au large du fleuve Sénégal en début novembre pour raisons de production journalière et de stratégie commerciale, a laissé entendre le ministre du pétrole et des énergies lors de l’adoption de son projet de budget 2024, arrêté à 501 487 457 680 FCFA en Autorisations d’engagement (Ae) et 316 258 610 318 fcfa en Crédits de paiement (Cp).

Le ministre du Pétrole et des énergies, Antoine Felix Abdoulaye Diome a levé un coin du voile relativement au retrait de la compagnie britannique de recherche, d’extraction, de raffinage et de vente de pétrole appelée British Pétroleum (BP). A en croire le ministre du Pétroles et des énergies « il y avait beaucoup de désaccords entre la compagnie Britannique et l’Etat du Sénégal», a-t-il d’emblée fait savoir. Avant d’expliquer que le Sénégal ne sait pas aligner sur sa capacité de production journalière. «Nous ne sommes pas alignés sur sa capacité de production journalière attendue».

Autrement dit, le Sénégal dans sa stratégie «Gas-to-Power» élaborée de 2018, visant à réduire la dépendance énergétique nationale vis-à-vis du pétrole et du charbon en encourageant les investissements dans le gaz comme combustible transitoire dans la transition énergétique a besoin de 150 000 m3   pour couvrir son marché domestique. Mais, BP dit pouvoir produire seulement la moitié, soit 75 000 m3 par jour. Autres motifs de désaccord, la date du premier mètre cube de gaz et la stratégie commerciale par rapport à l’exploitation de cette ressource. En termes clairs, BP privilégie l’exportation du gaz, l’approvisionnement correct du marché local. Parce que le Sénégal entend alimenter ces centrales à gaz.

JP MALOU   

Leave a reply